Analyse financière / peter greenfinch / ch.4

   Analyse de bilan:

critères de patrimoine ou de solvabilité ?

 

pi-egg.gif   Préalable : c'est quoi la "méthode des ratios" ?

Ayant des chiffres du bilan en main [ch.3], nous pouvons "tirer des ratios".

Ce sont des rapports entre deux Postes
ou deux groupes de Postes comptables.

Par exemple 400 ME / 900 ME = 0,44 ou 44%.

Tirer deux lapins de son chapeau et faire un seul civet, transformer plusieurs

chiffres en un seul - des magiciens à la Potter, ces analystes - sert à montrer
de façon simple s'il y a des déséquilibres ou des insuffisances dans la
situation financière
de l'entreprise.


Mais l'analyse des ratios ne s'arrête pas là :
il est indispensable de
comparer ces ratios.

Avant d'explorer l'univers des ratios, réaffichons le bilan, mais cette fois
distinguons le "haut du bilan" et le bas

Nous découvrirons, restons pudiques, d'abord le haut.

Bilan (très résumé) de SOUPE S.A.

(31.12.05, milliards d'Euros)

ACTIF

PASSIF

Immobilisations (nettes) 12,20 Capitaux propres

Subventions, provisions

Dettes à long / moyen terme

7,30

0,80

6,00

       

Valeurs d'exploitation (stocks...)

Réalisables et disponibles

Perte

3,50

5,80$

0$

Dettes à court terme

Bénéfice

6,80

0,60

Total ACTIF

21,50

Total PASSIF

21,50


  Valeur du patrimoine :
     Actif net, Capitaux propres


L'analyse du bilan va d'abord s'intéresser aux richesses que possède
l'entreprise, diminuées
de ses dettes.

pi-arrig.gif De l'Actif net aux Capitaux propres

Si l'on soustrait du montant des richesses engrangées dans l'Actif du bilan la
partie qui sert à "couvrir" les dettes figurant au Passif, ce qui reste peut être
considéré grosso modo comme le patrimoine qui appartient à l'actionnaire.

On l'appelle "l'Actif net comptable" ou "Situation nette".

Pour SOUPE SA, on a, en ME

Actif total

21,50

- Dettes

12,80

= Actif net comptable

8,70

Vous allez dire que le patrimoine comptable des actionnaires, c'est plutôt les
fonds propres, soit 7,3 + 0,6 de bénéfice = 7,9.

C'est vous qui êtes dans le vrai.

Mais alors quelle est la différence entre les fonds propres
et l'actif net ?

On voit que les 8,7 d'actif net comptable sont la somme des fonds propres
(7,9 avec les bénéfices) et des Subventions / Provisions (0,8).

C'est normal puisque enlever les dettes du total de l'Actif revient à les enlever
aussi du total du Passif.

Il reste donc bien les Capitaux propres et Subventions/Provisions.


Vous l'avez compris, les Provisions et Subventions (0,8) font
la différence entre l'Actif net (8,7)

et les Capitaux propres (7,3 + 0,6 = 7,9).

Pourquoi insister comme des boeufs là-dessus?

C'est, chers amis, que des gens, moins avertis que vous, confondent souvent
ces deux notions, il est vrai voisines de palier.

Actif net réel, Capitaux propres corrigés, 
     cas des bilans consolidés...

Nous avons parlé de ces notions au [ch.3] pour vous faire comprendre
comment on peut corriger ("retraiter", on dit) les chiffres comptables
d'un bilan s'ils paraissent irréalistes.


Toutefois ces corrections n'étaient basées, vous l'avez bien compris, que sur
des hypothèses.

Alors pour faire simple, et vous éviter de crier au tortionnaire qui n'aurait
d'autre but que de vous compliquer la vie, nous nous abstiendrons de prendre
ces chiffres corrigés dans le calcul des ratios que nous allons maintenant
expliquer.

Nous nous contenterons de prendre les chiffres comptables qui figurent
plus haut sur la présente page. Sympa, trouvez pas ?

  L'argent est-il disponible:
     ratios de solvabilité et d'indépendance financière

L'analyse du bilan ne sert pas seulement à voir si l'entreprise

a des richesses dans son coffre à bijoux, mais aussi

à s'assurer que son financement est solide et équilibré.

Effet de levier et ratio de solvabilité générale

Le bilan sert notamment à voir si la société
est très ou peu endettée.

D'accord, mais pourquoi ?

Le crédit est à première vue très utile.

Il est même fructueux quand les taux d'intérêt réels (= hors inflation)
sont bas et les perspectives de rentabilité importantes.

Il aide l'entreprise à acquérir les actifs nécessaires pour se développer,
tout en demandant peu d'injection de capital par les actionnaires, et en
améliorant le bénéfice pour leur plus grand bien.

C'est "l'effet de levier financier".

Alors, hein, pourquoi se priver de s'endetter à la louche ?

C'est qu'il y a une limite à l'endettement, au delà de laquelle
l'entreprise va se retrouver "coincée", cela en particulier :

* quand la conjoncture se retournera
* ou que, ceci précède souvent cela, quand les taux d'intérêt
   réels monteront
.

Cette entreprise plombée par son ardoise sera alors défaillante, ne
pouvant plus payer ses intérêts et encore moins rembourser ses dettes
comme l'exigeront ses créanciers, eux aussi rendus inquiets par la situation.

Cela aussi, c'est l'effet de levier, cette fois dans le mauvais
sens.

Commissaire, il y a des traces de sang sur le levier !

Il y a donc une proportion, et même, disons le mot, un équilibre, une
harmonie, à respecter globalement entre :

* Au numérateur, toutes les dettes (en y ajoutant, si besoin est,
  
une pincée, par exemple 10 % des engagements hors bilan, et les

encours de crédit-bail)

* Au dénominateur, l'actif net (éventuellement corrigé si l'actif net
  
réel est très différent).

En fait, on fabrique autrement notre premier ratio (eh oui, il est
temps de commencer notre collection, c'est d'une grande beauté des ratios
exposés sous-verre comme des papillons).

Au dénominateur on met simplement le total du Passif,
et au numérateur les dettes
.

On obtient le "ratio de solvabilité générale".

Il donne une indication sur la possibilité de l'entreprise de faire face à ses
dettes sur la durée (*)

Pour SOUPE SA, ce ratio est de   ==> 12,8 / 21,5 = 0,60 (ou 60 %).

Un peu limite, ce ratio : le poids des dettes est un peu lourd pour voyager
loin !

On considère toutefois qu'il ne doit pas dépasser 50-60 % dans les pays
où les crédits fournisseurs sont rares, et 70-75 % dans les pays latins
comme la France où règne cet usage, folklorique et dangereux du
"crédit fournisseur"
(dangereux même pour le bénéficiaire, qui peut
s'en trouver privé à la moindre alerte) atteignant parfois 3 mois d'achats.

(*) Si on s'intéresse plutôt aux échéances les plus proches, pour savoir si
l'entreprise ne se retrouvera pas à flotter le ventre en l'air à la fin du mois,
on regarde d'abord le "ratio de liquidité", et ça c'est l'affaire du chapitre
suivant ch.4bis).

Autre approche de la solvabilité : capitaux stables

et ratio d'indépendance financiè


On regarde aussi, c'est tout aussi important en matière de solvabilité le "ratio
d'indépendance financière".

C'est le rapport: Actif net (*) / Capitaux stables

(*) Ou, dans une définition un peu plus restrictive que nous n'avons pas
retenue ici, mais considérée souvent comme plus orthodoxe, les capitaux
propres
, souvent un peu inférieurs à l'Actif net comme vu dans le chapitre
précédent.

C'est quoi les "Capitaux stables" (ou "Capitaux permanents") ?

C'est tout ce qui n'est pas financé à CT, autrement dit le total
(Actif net + Dettes MLT).

Pour SOUPE S.A., ce ratio est de   ==> 8,7 / 14,7 = 0,59 (ou 59 %)

En dessous de 40-50 % (*) on risquerait vite que ce petit capital soit mangé
comme le petit chaperon rouge et que les dettes MLT deviennent un poids
écrasant à rémunérer et à rembourser
.

(*) ou même 60-70 % pour les entreprises ayant des projets dont le coût

      est difficile à cerner et / ou dont les résultats constituent un pari

Attention aux faux capitaux propres, ou le mystère de la grande pyramide

L'effet de pyramide, c'est la superposition de plusieurs effets de levier
financier (accumulation d'endettements).

Leurs incidences se multiplient entre elles.

C'est ainsi que, avec 1 F de capital et 10, 15 ou 20 F de dettes,
on obtient 11, 16 ou 21 F d'Actif et 1, 2 ou 3 F de bénéfices...
ou, dès que cela tourne mal, de pertes.

Il y a plusieurs façons de monter une telle pyramide et il faut savoir s'en
méfier.
Par exemple dans une LBO (rachat d'une entreprise par financement
à levier) il peut se faire que:

* La société-mère (dite aussi "holding") a, disons,
   15 ME de Capital et 85 ME de Dettes.

* Sa filiale à 100 % a, de son côté,
   disons 100 ME de Capital et 150 ME de Dettes.

N'allez pas additionner ce capital avec celui de la mère

==>  En effet, pour 15 ME c'est le même capital, et pour 85 ME
         il a été payé par les dettes de cette société-mère. 

* Cette filiale a 250 ME de Dettes.

Les dettes (sauf celles entre les deux sociétés), elles,
s'additionnent

==>  On a 15 ME de Capital face à 235 ME de Dettes.
         Le levier est de 16.

Certains groupes ont plusieurs étages de holdings, filiales, sous filiales,
etc. en cascade

* Si à chaque niveau l'endettement est de 50 %, et s'il y a quatre

 étages avec à chaque fois 1 euro de capitaux propres pour 2 de
 capitaux totaux

 ==> Le levier est de 16 (eh oui, 2 puissance 4) ... enfin tant que les
         Capitaux propres n'ont pas disparu au moindre coup de torchon.

On peut aussi, d'OPE en OPA, pour les entreprises cotées en bourse,
construire sa pyramide en gonflant alternativement

1) les PER (Price / earnings ratio ou ratio cours / bénéfice par action)
     par "relution",

2) les cours d'actions (par des OPE),

3) l'endettement (par des OPA financées par du crédit)

Nous avons parlé de ces montages, et de leurs risques, dans le chapitre
traitant du nombre d'actions.
Enfin, dans une autre vie, c'est pas sur ce site, peut-être que je l'y mettrais
un jour, mais ceux qui s'y connaissent en bourse auront compris, faut bien
qu'ils soient avantagés, pas vrai ?

 

Vous voyez qu'il faut "consolider" le bilan pour reconstituer le puzzle, pour

ramener à sa valeur réelle ce "Capital" qui sert plusieurs fois, et pour
additionner toutes les dettes accumulées aux divers étages de la pyramide.

Ce n'est qu'après l'avoir reconstitué que l'on peut tirer les vrais ratios
d'endettement du groupe
.

 

Mais ce n'est pas le tout. Certes, savoir si l'entreprise
est - en gros et sur la durée - solvable,
c'est bien, c'est déjà l'hygiène minimum.

Mais il nous faut aussi analyser sa liquidité, à partir de son
bas de bilan, pour voir si ellepassera la fin de mois [ch.4bis]
.

separ

Publié sur les sites :
    p. greenfinch [ch.1] [ch.2][ch.3] [ch.4][ch.4bis]

                               [ch.5][ch.6][ch.7][ch.8][[ch.9][ch.10]

et Zonebourse, (ch. 1/2/3 seulement, en 10/2000, rubrique "Analyse Fondamentale"

Dern. mise à jour cette page 25/11/14
P précéd.
[zb]
Disclaimer /Avertissement légal

  [menu] [défin. img] [val. éco.] [fact. d'img] [fiche éval.] [évalueur] [val.img] [types img] [évol. img] [nouv.eco] [gest. bourse] [simul] [groupe][fin. comp.] [important] [liens] [contrib.]