Economie comportementale

(psychologie / sociologie économique)

 

pi-arrig.gif (1666 octets)  Définition

L'économie comportementale est un domaine de connaissance qui étudie comment
individus et institutions font leurs choix économiques et les conséquence de ceux-ci.

Cette discipline se centre notamment sur les anomalies économiques (*) dues aux
travers (biais)
comportementaux individuels et collectifs, cognitifs et émotionnels.

(*) A comportement étranges, résultats étranges, encore que tout dépende
     du critère pour juger la "normalité".

     Est considéré généralement comme anomalie économique ce qui ne va
     pas dans le sens de la satisfaction maximum en matière de création de
     richesses.

     C'est celle-ci que les économistes appellent la maximisation de "l'utilité",

      tant celle du décideur que celle de l'ensemble de la société.

 Catégories principales

Compte tenu de la complexité des comportements, l'économie comportementale
n'offre ni théorie générale ni "lois" qui remplaceraient les paradigmes traditionnels.

Mais ses apports sur des aspects particuliers sont nombreux et divers et peuvent
aider à éviter des décisions erronées.

Les travaux d'économie comportementale peuvent être répartis en deux sous-
disciplines :

L'économie comportementale psychologique ou psychologie / psycho-
      sociologie
économique (ce qui fait agir, de façon rationnelle ou non,
      les agents
économiques),

L'économie comportementale quantitative

(les effets mesurables de ces comportements sur les phénomènes économiques).

Cette dernière discipline peut elle même se diviser:

D'une part en deux
catégories liées aux
deux grands
domaines de la
théorie économique:

 



  pi-arrig.gif Microéconomie comportementale

     Effets des comportements de ces diverses catégories
    d'agents économiques dans leurs domaines d'activité,
    par exemple celui des fleurs ou de la machine outil.

  pi-arrig.gif Macroéconomie comportementale

     Effets sur les grands agrégats économiques:
     consommation, investissement, croissance du PIB,
     commerce extérieur, économie monétaire...

pi-arrig.gif D'autre part selon

les effets des choix
et actions des
deux grands
types
d'institutions /
agents
économiques
.





 Chacun de ces types d'agents a son propre mode de
 prise de décisions économiques
et de comportement,
  et chaque action d'une catégorie d'agents peut apporter
  son type d'effets non anticipés, anomalies économiques
  et allocation défectueuse des ressources:

  Comportements de marchés, dus aux actions des
     agents
économiques privés:

  Consommateurs, producteurs, distributeurs,
   entrepreneurs et managers, travailleurs, et aussi
  emprunteurs, épargnants et investisseurs individuels,
   qui ont leurs propres rôle dans  l'allocation des
   ressources économiques...).

  pi-arrig.gif Choix public: décisions prises par des autorités
     publiques,
ou par les électeurs qui les désignent.

 Quelques domaines détaillés d'application

Pour entrer encore plus dans les détails, l'économie comportementale trouve des
applications entre autres dans les domaines suivants:

 

Questions et décisions générales de macro / micro économie

pi-arrig.gif Analyse et prévision économique, pour l'ensemble de l'économie
   ou pour des secteurs spécifiques, comme aide à la décision.

pi-arrig.gif Politique économique et sociale, affectations budgétaires et
   réglementations décidées par les gouvernements, parlements,
   autorités locales et administrations.

Décisions monétaires par les banques centrales, et équilibrage
   des budgets publics des Etats et territoires locaux.

Stratégie et management d'entreprise

pi-arrig.gif (1666 octets) Et, comme sous-domaine important, le marketing: adapter les
  produits, les services et les méthodes de vente aux
comportements
  et styles des clients et prospects.

Cela utilise par exemple la "segmentation comportementale", le
"neuromarketing" et autres techniques d'étude...

pi-arrig.gif (1666 octets) Et aussi un domaine parallèle (pas lié seulement aux entreprises), la
  
psychologie du travail, incluant par exemple le rôle des mesures
   incitatives
et de la confiance dans la gestion et la motivation des
ressources humaines
.

Et, bien sûr, le placement et la gestion de l'argent: il s'agit alors de
     la finance comportementale,
l'aspect sans doute le plus connu
     et étudié.


pi-arrig.gif  Aspects individuels et collectifs

Concernant les aspects psychologiques liés directement aux individus, sont
étudiés les biais comportementaux individuels qui interviennent dans
nos décisions de de nature économique
, et comment les corriger.

Cela est étudié notamment par la neuroéconomie.

Elle isole par exemple dans le cerveau les zones et secrétions chimiques liées
aux impressions de plaisir et de souffrance, plus ou moins contrôlés par les
zones liées aux connaissances et aux raisonnements.

Les phénomènes psychologiques collectifs (conformisme et mimétisme
par exemple) ressortent de leur côté de la psychologie sociale.

pi-arrig.gifpi-arrig.gif La section "finance comportementale" de ce site donne des indications
     tant sur ces biais cognitifs
et émotionnels individuels (irrationalité, mémoire
     faussée, émotion, simplification heuristique,
automatisme, cadrage mental,
     engagement...) que sur les entraînements collectifs influençent l'activité
     économique et financière

separ


Contenu de la section "économie" (en français) : 
  Définitions. de base,  Nouveau capital (A1, A2, B1, B2), 
 Gouvernement économique
Yin-yang & curseur,

Nouvelle économie
,
 Obligations indéxées PIB,
Economie comportementale.
Décision economique

     
Dernière mise à jour de cette page: 28/07/15

Page précédente : defineco

Disclaimer /Avertissement légal