Bases / définitions de la Finance comportementale

(5- Petit glossaire)

 

Cette liste de concepts liés à la finance comportementale regroupe notamment

les anomalies de marché et les biais comportementaux.

Chaque terme ne fait l'objet que d'une brève définition dans ce lexique /
glossaire dictionnaire (dénomination selon affinités).

Toutefois il renvoie à son équivalent en anglais ce qui permet de se
reporter aux définitions détaillées du behavioral finance glossary.

Par ailleurs, pour la définition générale et les synthèses en français sur
la finance comportementale, voir le plan d'ensemble de la section.


Terme

(+ équiv. en anglais)

Brève description

Pour détail (en anglais), voir le behavioral finance glossary

- A -

Accumulation (accumulation)

Voir Seuil critique.

Action "de patrimoine"
vs. action "de croissance"

(value stock vs.
growth stock)

 

 

Ces grandes catégories d'actions sont assez stéréotypées.
Les profils d'actions apportent des critères plus complexes et nuancés.

* L'action de patrimoine (ou action décotée, ou de valeur, ou d'actif) a pour
   attrait un  prix bas rapport à la valeur de bilan (actif net) et aux résultats
   actuels de l'entreprise, même si ses perspectives  futures sont quelconques.

* L'action de croissance a pour attrait, même si elle est surcotée, la
   progression rapide de ses résultats passés, supposée se poursuivre.

Des études ont montré que les premières tendent à surperformer les secondes
sur le long terme, sans que ce soit une règle absolue.

Addiction (addiction)

Dépendance compulsive d'un individu à une conduite habituelle. S'applique
tant à l'hyperactivité boursière qu'à son contraire, le conservatisme boursier.

Affect (affect)

voir émotion et aussi heuristique affective

Ajustement (adjustment)


Etape intermédiaire de la chaine de réaction des investisseurs aux
informations *sous-réaction => ajustement => sur-réaction* qui contribue
à expliquer les tendances et cycles boursiers. Voir sous-réaction / surréaction

Aléa moral (moral hasard)

Faille dans un système permettant de j'exploiter à son profit (resquille...) et
pouvant lemettre en péril.

Analyse boursière

(stock analysis)

Il y a plusieurs formes:
1) analyse fondamentale
(données comptables et économiques),
2) analyse technique (évolution des cours), 3) analyse quantitative
(calculs stochastiques), 4) analyse comportementale (repérage des
inefficiences exploitables).

Anomalie de marché

(market anomaly)

Différence de prix ou de rendement par rapport aux valorisation théoriques.

Elle est due soit à la structure du marché (positions dominantes) soit à des
facteurs psychologiques (emballements, désintérêt...) soit à ... des
imperfections du modèle théorique d'évaluation considéré comme une norme..

Ancrage mental
(anchoring)


Fixation mentale / blocage mental sur un fait, un chiffre ou une situation du
passé (par exemple le prix d'achat du titre) servant de référence intangible
pour prendre ses décisions, sans admettre que les choses aient pu fortement
évoluer.

Anticipation (expectation)

Prévision plus ou moins étayée et rationnelle qui se traduit par une attente de
l'investisseur. Voir aussi attente.

Anticonformiste
(contrarian)

Investisseur qui agit souvent en sens inverse du consensus (voir ce mot) ou
de la tendance boursière, considérant que le marché est souvent victime de
conformisme et tend à être très superficiel dans l'analyse des situations et
perspectives.

Asymétries
(entre investisseurs)

(assymmetries)

Différence d'information, de compétence, de connaissance, de puissance
financière, etc. entre les divers investisseurs.


Apprentissage social
(social learning)

Soumission de l'individu, sans trop y réfléchir et les remettre en question, aux
principes qu'il a appris dans son environnement social.

Argent discrétionnaire
(house money)

Partie de son patrimoine et de ses revenus qu'on dépense ou investit avec moins
d'attention et de précaution que celle qu'on considère comme son "capital".
Il peut s'agir d'un revenu exceptionnel (effet d'héritage), d'une forte hausse de
prix des biens détenus (effet de richesse) voire du fait que l'on gère des biens
d'autrui.

Attention

* sélective (selective attention)

* défaut d' (attention bias)

=> Voir sélective,

=> Voir défaut d'attention, inattention


Attente magique
(magical expectation)

Illusion en matière de prévision (voir anticipation) reposant sur une pensée
magique (voir ce terme)

Attentisme (delaying tactic)

Tendance à remettre les décisions à plus tard (voir aussi statu quo, indécision).

Attitude (attitude)

Une attitude positive ou négative est une attirance ou une aversion envers
quelque chose ou pour entreprendre telle ou telle action (voir aversion par
exemple)

Attribution (attribution)

 

Essai d'explication d'un événement en désignant un responsable. C'est souvent
soi-même (ou quelqu'un que la personne vénère) si c'est une réussite (auto-
attribution), ou quelqu'un d'autre si l'évènement est malheureux. Peut aller
jusqu'à la déification / diabolisation.

Automatisme (automaticity)


Conduite ne faisant pas appel à une décision consciente, car due à un réflexe,
une habitude, un "instinct". Ce "pilotage automatique" est le troisième type de
biais comportementaux en dehors de ceux liés à la cognition ou l'émotion.

Aversion

(risk- loss- uncertainty-
regret- range estimate-
divestiture - aversion)

 

 

Aversion

1) au risque (voir prime de risque), à l'incertitude, à l'ambigüité

2) à la perte (refus de vendre un titre où l'on perd de l'argent en espérant
    "se refaire"),

3) au regret (refus de vendre un titre en dessous de ce qu'on considère
    "un bon prix"),

4) à la vente, à la dépossession (sensation de s'appauvrir en à se séparant
     d'un bien),

5) aux fourchettes de prévisions (avoir un seul chiffre donnant une
     impression de certitude plutôt qu'un éventail de possibilités), etc.

- B -

Bêta (beta coefficient)

 

Relation mathématique entre l'évolution d'une action et celle du marché en
général.Appelé aussi élasticité des cours de l'action par rapport à (l'indice)
du marché.Ainsi un coefficient bêta de 1,2 veut dire que le titre monte ou
baisse en général de 12% quand le marché monte ou baisse de 10%

Biais cognitif
(cognitive bias)

Erreur affectant la mémoire, la compréhension ou le raisonnement.
Parfois lié à des biais émotionnels (voir émotion).

Biais comportemental

(behavioral bias)

Comportement pouvant être dommageable et qui est lié à des biais cognitifs
ou émotionnels ayant déformé la prise de décision, ou bien à des automatismes.

Biais émotionnel
(emotional bias)

Erreur de décision due à un une émotion excessive et non contrôlée
(voir émotion)

Blocage mental

Voir ancrage

Bruit (noise)

Information mineure parfois prise en compte par les investisseurs comme si
c'était un signal de tendance.

Bulle (bubble)

Hausse excessive par engouement collectif pouvant précéder un effondrement
(voir Krach) ou sinon une longue phase de marché médiocre.

- C -

Cadrage mental (framing)


(ou encadrage mental) Façon biaisée et réductrice dont est présentée ou
formulée une information ou un choix à faire...

Voir aussi (attention) sélective, réductionnisme, heuristique...

Cascade informationnelle



Cela se produit quand  la hausse ou à la baisse des cours est une information
qui pousse les investisseurs à agir dans le même sens que le marché.
Ce "suivisme" renforce la tendance haussière ou baissière, ce qui influence
d'autres investisseurs à leur tour dans le même sens, etc.

Cercle vicieux / virtueux
(vicious / virtuous circle)

Boucle de rétroaction (voir rétroaction positive) renforçant une évolution (par ex.
sur un marché, la hausse peut appeler la hausse et la baisse appeler la baisse).

(refus de, résistance au)
Changement

(resistance to change)

Voir statu quo, ancrage, conservatisme, dissonance cognitive, inertie...

 

Cognition (mental account)

 

Activité mentale liée à la compréhension, la mémorisation, le raisonnement.
Censée être le moteur de la rationalité, elle peut toutefois être faussée (voir
biais cognitif) ou étouffée par des émotions exagérées ou inappropriées (biais
émotionnel) ou court-circuitée par des automatismes inconscients

Compartiment mental,

Compte mental

(mental account /
compartment)

Le fait de raisonner sur un aspect / un élément (par exemple un portefeuille
d'actions) plutôt que sur l'ensemble (tout le patrimoine).

Le fait aussi de ne compter que certaines composantes (par ex. ne pas tenir
compte des coûts de transaction ou de l'inflation)

(biais de) Confirmation
(confirmation bias)

Attitude sélective consistant à ne s'intéresser qu'aux informations qui confirment
ses propres croyances.

Conformisme (conformity)

Voir suivisme, pression des pairs, mimétisme

Consensus de marché
(market consensus)

(ou sentiment général du marché) : majorité d'opinions prévoyant la hausse
ou baisse du marché chez les analystes et les investisseurs. Lorsqu'elle est
quasi unanime la tendance risque en fait de se retourner dans l'autre sens.

Conservatisme
(conservatism)

Voir statu quo, dissonance cognitive. Refus du changement.


Contagion

Extension d'un comportement à toute une population (voir consensus,
mimétisme) comme dans une épidémie.

Contrarian (contrarian)

Voir anticonformiste

Convoitise (greed)

Voir cupidité

Crédulité (gullibility)

Voir manipulation, pensée magique, illusion

(seuil) Critique

(critical threshold)

 






Seuil de changement (inversion, accélération...) de tendance du prix d'un actif
financier, comme si celui-ci acquérait de nouvelles propriétés dites "émergentes".

Ce franchissement fait suite à une accumulation d'évènements et facteurs internes
au marché (pression d'acheteurs ou vendeurs) ou extérieurs (changements de
perspectives économiques jusqu'ici peu pris en compte par la masse des
investisseurs).

Il est appelé aussi déclic (triggering point), masse critique, seuil de
percolation, seuil d'émergence, point de balance, zone de support ou
de résistance...

Croyance (belief)





Sentiment / théorie pas toujours rationnel, pris pour une réalité et qui peut
déformer l'analyse de la situation. Une certaine croyance peut toutefois être
nécessaire comme hypothèse pour pouvoir agir en l'absence de données
suffisantes.

Une croyance peut aboutir à une fausse certitude donnant un sentiment
de confort dans un monde complexe et mouvant rempli ...d'incertitude

(biais) Culturel
(cultural bias)

Travers dus à des connaissances (ou croyances) correspondant à une culture
générale ou technique / opérationnelle trop orientée ou insuffisante.

Cupidité (greed)

Ou convoitise. Sentiment extrême qui est l'un des moteurs de la décision
financière (l'autre sentiment extrême étant la peur), qui peut faire oublier les
réalités et notamment les risques.

Cycle (cycle)

Alternance de tendances à la hausse et à la baisse.

- D -

(prise de) Décision
(decision making)

Choix entre plusieurs actions faisant intervenir la cognition et l'émotion. Des
biais mentaux peuvent intervenir à ces deux niveaux. En particulier matière
d'investissement, le côté émotionnel peut conduire à prendre de risques
inconsidérés (voir émotion, neurofinance)

Défaut cognitif , émotionnel

Travers mental entraînant des erreurs. Voir biais cognitif.

Défaut d'attention
(attention bias)

Observation trop superficielle des faits conduisant à une erreur d'analyse.
Voir attention, inattention

Déification / diabolisation
(deification / diabolisation)

Voir attribution

Disponibilité heuristique

Voir heuristique de disponibilité.

Dissonance cognitive
(cognitive dissonance)

Difficulté pour quelqu'un à admettre les faits qui vont à l'encontre de ses
croyances. Voir croyance, (attention) sélective

Distribution au hasard
(random distribution)

Répartition des données statistiques similaire à celle d'un tirage au hasard.

(effet de) Dotation
(endowment effect)

Droit acquis auquel on refuse de renoncer même s'il n'a plus de justification.
Voir (effet de) possession.

Douleur (pain)

Voir sensation.

Droit acquis (endowment)

Voir dotation, possession.

- E -

Economie comportementale
(behavioral economics)

Application à l'économie de la psychologie individuelle et collective (économie
comportementale psychologique) et étude de ses conséquences sur les acteurs
et activités économiques (économie comportementale quantitative).

Effet de foule, de groupe,
de troupeau, de masse

(crowd, group, herd effect)

(Voir mimétisme) situation ou un ensemble de personne pense et se conduit
dans le sens du groupe en abandonnant une partie de son indépendance d'esprit
personnel et de sa rationalité.

Effet pervers
(perverse effect)

 


Ou effet boomerang, résultat dommageable et contraire aux attentes. Il fait
suite souvent à une décision hâtive prise avec de bonnes intentions mais sans
avoir envisagé toutes les possibilités (conscience sans science...), notamment
la possibilité pour les "plus malins" d'exploiter ces dispositions à leur avantage
(aléa moral).

Efficience du marché
(efficient market)


Théorie selon laquelle les prix et rendement de marché refléteraient parfaitement

les informations. Relativement battue en brèche par les recherches en finance
comportementale. Voir anomalie de marché.

Ego, entêtement, fierté,
orgueil
(ego, stubbornness,
pride...)

Persistance dans une décision erronée soit pour ne pas "perdre la face" en
admettant l'erreur, soit par excès de confiance en soi (surconfiance).


Emergence (emergence)

Voir (seuil) critique.

Emotion (emotion)



 

 

Ressenti plaisant ou douloureux par rapport à une situation. Voir aussi affect.

C'est l'un des trois facteurs (les deux autres étant le raisonnement et les
automatismes), qui motivent les décisions humaines. Les émotions, par exemple
l'enthousiasme ou la frayeur ne sont pas toujours irrationnelles (elles sont
indispensables pour déclencher des actions), mais elles tendent souvent à
l'emporter sur la logique (aveuglement).

Engagement (commitment)


Une fois engagée dans une voie, ayant fait le premier pas, la tendance humaine
est de continuer même si ce n'est pas la bonne voie. Support de l'appâtage,
hameçonnage et même de l'addiction.

Ennui (boredom)

L'ennui crée la tentation d'agir parfois à tort et à travers.

Erreur logique (fallacy)

Sophismes, syllogismes, tautologies, confusion sur les causes et effets,
raisonnements trop binaires et réducteurs.... Voir aussi logique fallacieuse, halo

Erreur rétrospective (hope)


Oubli des prévisions initiales amenant à considérer après coup qu'elles
correspondaient de près aux résultats.

Espoir (hope)

L'une des grandes émotions (son contraire étant la peur) qui peut l'emporter
sur la réalité dans la prise de décision, voire, en bourse, qui peut aboutir à
une cupidité aveugle.

Evènement rare (rare event)


Evènement exceptionnel pouvant être très dommageable mais absent des
statistiqueshistoriques courtes. Cela fait que les acteurs économiques et
financier risquent de négliger de s'en protéger. Voir (loi des) petits nombres

- F - G - H -

Familiarité (home bias)

Tendance à n'investir que dans les pays ou secteurs que l'on connaît le mieux,
ce qui va en sens contraire de la diversification des placements.

Fierté (pride)

Voir ego

Finance comportementale
(behavioral finance)



Application à la finance de la psychologie individuelle et collective ("finance
comportementale psychologique" ou plus simplement "psychologie financière")
et étude de ses conséquences pour les acteurs et le marché (finance
comportementale quantitative).

Fixation mentale

Voir ancrage mental.

Focalisation (focalism)

Voir ancrage mental.

Généralisation
(generalization)

Tendance à ramener des phénomènes et situations diverses à des explications
communeset à de grandes catégories. Voir heuristique (de disponibilité, de
représentativité...), stéréotype, simplification, réductionnisme, paradigme.

Gestion active / passive
(active / passive management)

Achats et ventes fréquents vs. placements longs. La gestion active se rapproche
du "trading", de la spéculation

Habitude (habit)

Conduite que quelqu'un tend à toujours répéter quelque soit la situation.

Halo (halo)


Perturbation du raisonnement logique du fait d'une analogie / transposition
douteuse d'une explication d'un phénomène à un autre phénomène appartenant
à un domainedifférent. Voir aussi erreur logique

Heuristique (heuristic)


Raccourci mental. Mode d'information ou de raisonnement simplifié utilisé par
habitude (routine, truc, recette), qui gagne du temps, des coûts et efforts
d'analyse mais peut faire négliger des aspects importants ou nouveaux.

Heuristique affective

Raisonnement "instinctif" en fonction de l'humeur du moment ou influencé par le
sentiment envers des personnes ou entités. voir émotion

Heuristique de disponibilité
(availability heuristic)


Mode simpliste et dangereux d'heuristique où le raisonnement se cantonne aux
informations les plus apparentes, à des analogies grossières avec des situations
passées, voire aux premières idées venues à l'esprit, sans chercher à enrichir les
informations au delà des similitudes apparentes.

Heuristique de représentation
(representativeness heuristic)

Heuristique par lequel on interprète les situations à partir de règles routinières
et stéréotypes généraux. Tendance à rattacher mentalement des phénomènes
constatés à des modèles préétablis.

Humeur (mood)

Voir sentiment général

Horizon de temps
(time horizon)

Recherche d'un résultat rapide en prenant des risques élevés, ou bien recherche
d'un résultat plus sûr à long terme

Hyperactivité boursière
(overtrading)

Agitation consistant à multiplier les achats et ventes, souvent source d'erreurs et
de frais excessifs.

Hystérie collective
(collective hysteria)


Contagion, effet de foule atteignant des comportements extrêmes, sans aucune
retenue. En finance elle peut aboutir à une bulle en fin de phase haussière et
suivie d'un crash
panique.

- I - K -

Image boursière
(stock image)

 

Coefficient mesurant l'écart entre le cours de l'action et sa valeur fondamentale.
Il chiffre le degré de désintérêt ou dédain (coeff. inférieur à 1) ou d'engouement
(coeff. supérieur à 1) pour ce titre.

C'est un paramètre de base de l'évaluation boursière comportementale.

Illusion (illusion)

Surestimation de sa propre compétence, de ses connaissances et informations.
Un phénomène aussi courant que dangereux dans la prise de décision.

Imitation

Voir mimétisme, effet de groupe. Comportement calqué sur le groupe ou sur
d'autres personnes.

Immobilisme

Voir conservatisme, statu quo...

Inattention (attention bias)

Négligence à capter et utiliser certaines informations. C'est un défaut cognitif
mais qui peut aussi avoir des sources émotionnelles. Voir attention

Incertitude

(uncertainty, ambiguity)

Risque non mesurable du fait de l'absence de probabilités fiables (chose courante
dans les situations nouvelles et un monde changeant).

Indécision, Inertie

Voir statu quo, sous-réaction, immobilisme.

Information (information)



 

Le principal carburant de la décision. Toutefois,

* l'information peut être trompeuse car manquante, incomplète ou biaisée, cela
   volontairement ou non de la part de l'informateur.

* la réaction à l'information peut être inappropriée soit dans sa nature soit dans
   le temps.

Intention

But plus ou moins conscient pouvant expliquer certaines décisions.

Irrationalité

Voir biais, rationalité

Krach (crash)

Baisse forte et soudaine des cours, souvent suite à une bulle, et dans certains
cas à un choc extérieur.

- L -

Logique fallacieuse
(logical fallacy)




Erreur dans un raisonnement apparemment logique mais qui est biaisé par
des prémisses sont fausses, ou une faille entre l'énoncé et la conclusion.
Il est souvent facilité par un énoncé binaire et des généralisations où tout est
totalement blanc ou noir. Ce procédé est souvent utilisé en rhétorique à des fins
manipulatoires y compris en rhétorique économique et financière. Voir aussi
erreur logique.

Logique floue (fuzzy logic)

S'oppose au "raisonnement binaire", basé sur des généralisations où tout est
totalement blanc ou noir. Raisonnement basé sur des degrés de vérité et de
possibilité, proche des probabilités bayésiennes.

- M -

Manipulation (manipulation)

Action de désinformation (voir information), ou encore intervention directe sur
le cours de bourse, pour inciter les autres acteurs à vendre ou acheter le titre.

Mémoire courte
(recency bias)

Focalisation mentale sur les évènements récents et les données récentes amenant
à négliger les évolutions longues et les évènements ne se reproduisant qu'à de
longs intervalles.

Mémoire sélective

(memory bias)

Voir sélective.

Mimétisme (mimicry)

Tendance à imiter ce que pensent (conformisme) et font (suivisme) les autres,
même si cela peut être dommagreable.

Mode (fashion)


 

Tocade, phase d'engouement (ou de dénigrement) d'une population pour une
action, un secteur, le placement boursier en général. Parfois synonyme de
tendance positive). Plus général qu'une lubie qui reste plutôt un phénomène
personnel.

Modèle non-linéaire
(nonlinear model)


Modèle mathématique dans lequel les valeurs n'évoluent pas selon une ligne
continue mais avec de brusques ruptures (ligne brisée, discontinue...).
Il s'applique à certains systèmes "dynamiques" ou "chaotiques", dans lesquels
on peut classer les marchés boursiers.

Momentum (momentum)

Sens et vitesse d'évolution des cours. Voir tendance.

- N - O -

Narcissisme


Forme aigue de surconfiance (voir ce mot) conduisant à se sentir supérieur
aux autres, ayant tous les droits sur eux et invulnérable, pouvant conduire à
des erreurs dramatiqsues par non prise en compte des réalités.

(Biais) numérique

Trop grande confiance envers des chiffres ou des modèles mathématiques

Neuroéconomie,
neurofinance

(neuroeconomy, neurofinance)

Branches des neurosciences. Elles étudient des réactions du cerveau (zones
cérébrales
de plaisir, de souffrance, de logique; également secrétions
chimiques exacerbant ou modérant le raisonnement) lors des prises de décisions
économiques et financières.

Obéissance aux experts
(obedience to experts)

Situation ou une personne suit aveuglément des personnes considérées comme
ayant une compétence supérieure, au risque d'être victime d'un gouroutisme.

(biais d') Optimisme
(optimism bias)


Suroptimisme. Attitude systématique considérant que les choses vont tourner
favorablement ce qui peut faire reposer des décisions sur des illusions. Diffère
de la surconfiance, une confiance excessive en son propre jugement (optimiste
ou pessimiste).

- P -

Panique (panic)

Réaction individuelle ou collective désordonnée en cas de perception d'un
danger imminent.

Paradigme (paradigm)

Heuristique courante, modèle standard, explication généralement acceptée de
certains phénomènes, basée sur les hypothèses et croyances du moment peu
remises en cause.

Pensée de groupe
(groupthink)

Voir effet de groupe, mimétisme.

Pensée magique
(magical thinking)

Impression / croyance que les choses vont s'améliorer d'elle-même, sentiment
proche du biais d'optimisme (voir ce mot) encore qu'il puisse aussi y avoir de
la crainte dans la pensée magique.

Perception (perception)


Impression / sensation physique ou mentale correspondant plus ou moins bien
à la réalité. Une perception qui se rattache à une définition, un modèle ou un
schéma plus général devient une représentation (voir ce mot)

Percolation (percolation)

Processus aboutissant à un changement important de comportement ou de
nature d'un système dynamique.

Perspectives
(prospect theory)

La théorie des perspectives est liée à l'aversion à la perte. Typiquement seul un
gain de 2000 ou 3000 euros procure un plaisir qui compense la douleur due à
une perte de 1000 euros.

Petits nombres
(small numbers)

Statistiques portant sur une période trop courte ou un échantillon trop petit
(voir évènements rares).

Peur (fear)

Une émotion désagréable pouvant biaiser l'analyse et jouer un rôle important
dans la décision.

Plaisir (pleasure)

Voir sensation, perception, émotion

Préférence (preference)

Chaque individu a sa hiérarchie de besoins et de préférences qui est censée
guider ses décisions.

Pression des pairs
(peer pressure)

Crainte d'être considéré comme déviant si l'on ne partage pas l'opinion des
personnes que l'on côtoie (notamment professionnellement) et si l'on agit
autrement. Forme de mimétisme pouvant conduire à des excès.

Prime de risque
(risk premium)

Les placements risqués ont normalement un prix plus bas et un rendement plus
élevé que les autres. Ce "rabais" conduisant à un surrendement est lié à
l'aversion au risque de l'ensemble des épargnants / investisseurs.

Probabilité (probability)

Pourcentage de chance qu'un évènement se réalise.

Probabilité subjective
(subjective probability)



Probabilités basées sur un degré de crédibilité, ajustable à partir des
évènements qui suivront.

Donc non basée sur des fréquences passées d'évènements, soit du fait de
l'inexistence de statistiques (situations rares ou nouvelles) soit par ignorance
ounégligence de celles-ci.

Profil / style de placement,
(investor profile)

Chaque investisseur a une approche qui lui est propre de la gestion de son
argent (en matière de risque,d'horizon de temps, etc.). On peut toutefois
faire un "profilage" par grandes catégories d'acteurs.

Profil d'action (stock profile)


Chaque type d'actions à des caractéristiques propres (risque, cherté,
perspectives de croissance...). Voir plus haut "action de patrimoine
vs. action de croissance".



  (effet) Propriétaire   
   (endowment effect)
 Aversion à se séparer d'un bien que l'on possède ou sur lequel on a un droit
 acquis (dotation) en considérant qu'il vaut plus que le prix de marché, même si
 celui-ci offre un gain important (donc ne pas confondre avec l'aversion à la
 perte).

Proximité (biais, effet de)
(proximity effect)

Voir familiarité

Pseudo-certitude
(pseudo-certainty)

Forme d'illusion où la certitude n'a pas de base rationnelle et ressort de
l'intuition ou de l'instinct, réel ou imaginaire, mais plus souvent correspond
à une heuristique (voir ce mot), affective notamment. Voir croyance.

Psychologie financière
(psychological behavioral
finance)

Voir finance comportementale

Psychologie sociale
(social psychology)

Psychologie des individus entre eux, en groupe et par rapport à la société
(psycho-sociologie), et aussi psychologie d'ensemble des groupes et de la
société (socio-psychologie). Voir p.ex. imitation ou suivisme.

Psychosociologie
(psychosociology)

Voir psychologie sociale

- Q - R -

Rationalisation
(rationalization)

Essai d'explication ou de justification d'un acte ou d'un évènement, de façon plus
ou moins biaisée, mais réconfortante et donnant une impression de rationalité.

Rationalité (rationality)



Au sens économique étroit, primauté de la raison et de l'intérêt de la personne
sur les émotions et sentiments. Ou dans un sens plus général, vu que certains
sentiments sont légitimes et ne peuvent être écartés comme irrationnels,
cohérence entre les objectifs de vie et les actions.

Réaction (reaction)

Action plus ou moins rationnelle ou émotive répondant à un stimulus, notamment
une information. Voir information, sous-réaction, surréaction.

Réductionnisme
(reductionism)

Approche exagérément simplifiée des situations et des décisions à prendre.
Voir heuristique.

Référentiel
(reference point)

Donnée plus ou moins pertinente servant aux comparaisons (par exemple de
prix, de rendement...) pour décider ou non d'acheter ou vendre. Voir ancrage.

Regret (regret)

La peur d'éprouver du regret peut influencer la prise de décision.

Rétroaction positive
(positive feedback)

Réaction tendant à renforcer une évolution plutôt qu'à la corriger (ce que ferait
une rétroaction négative). Cercle vicieux ou vertueux.

Représentation heuristique



Voir aussi heuristique de représentation. Une représentation est l'image que
l'on se fait de quelque chose, souvent en la reliant à une catégorie ou un
schéma plus général. Une représentation est une abstraction, donc plus
élaborée qu'une perception (voir ce mot)

- S -

(attention, mémoire...)
Sélective
(selective
attention, memory....)

Oeillères mentales conduisant, pour étayer ses analyses et décisions, à se centrer
sur les faits et les sources d'information qui vont dans le sens de ses propres
habitudes, opinions et croyances . Voir aussi ancrage, dissonance cognitive...

Sensation (feeling)


Les décisions, notamment financières mettent en oeuvre des zones et secrétions
cérébrales liées à des sensations de plaisir ou de souffrance. Voir aussi
perception, émotion.

Sentiment de marché
(market sentiment)

Voir consensus.

Simplification
(bounded heuristic)

Voir réductionnisme, heuristique.

Signal faible (weak signal)

Information difficile à séparer du "bruit" ambiant bien que pouvant permettre
d'anticiper une évolution majeure.

Stéréotype (stereotype)


Catégorie mentale générale permettant de rattacher sans nuances des situations
ou comportements semblant similaires (voir généralisation, simplification,
heuristique).

Statu quo (status quo bias)



Refus du changement, et préférence pour l'inertie et le conservatisme, pour ne
pas agir, ou au minimum différer une décision ou une action même si elle est
nécessaire. Impression que quoi soit ce l'on tenterait serait plus risqué que de
rester sur ses positions actuelles.

Sociopsychologie
(sociopsychology)

Voir psychologie sociale

Sophisme (sophism

voir logique fallacieuse.

Sous-réaction, surréaction
(underreaction, overreaction)


Souvent il y a sous-réaction aux nouvelles informations cruciales (sauf si elles
sont très saillantes) puis progressivement ajustement et surréaction au fur et à
mesure que chacun a assimilé leur incidence. Cela a un effet sur les tendances
boursières (voir ce terme)

Suivisme (trend following,
bandwagon effect)

Tendance à agir systématiquement dans le sens de la tendance boursière.

Voir aussi imitation, mimétisme.

Surcharge cognitive
(cognitive overload)

Surabondance d'information à traiter par le cerveau.

Surconfiance
(overconfidence)

Impression que nos décisions sont les meilleures et vont produire les résultats
qu'on en attend.

Surprise (surprise)

Evénement inattendu, par exemple annonce par une société de bénéfices
supérieurs ou inférieurs aux attentes.

- T - U - V -

Tendance boursière
(stock market trend)



(ou momentum) Evolution relativement continue (aux zigzags de "volatilité" près)
des cours de bourse à la hausse ou à la baisse pendant une période. Elle est
dite haussière, baissière ou neutre selon le sens de sa pente.
Des facteurs comportementaux (voir "sous-réaction / surréaction", et aussi
"suivisme") y contribuent.

Théorie des perspectives

(prospect theory)

voir perspectives

Tocade (fad)

Voir mode.

Travers comportemental

Voir biais comportemental

Utilité (utility)


Au sens économique, valeur personnelle attribuée à un bien ou service et, au
sens financier, expression mathématique des préférences en matière de risque
(voir utilité attendue).

Utilité attendue
(expected utility)

En finance, gain probable (espérance mathématique = somme des gains et
pertes possibles multipliés par leurs probabilités respectives) modéré par
le degré d'aversion au risque (voir utilité)

Valeur (value)

Estimation du prix potentiel soit en fonction de ses préférences personnelles
(voir utilité) soit en fonction de modèles théoriques.

Volatilité (volatility)

Mesure mathématique de l'amplitude de variation "zigzag" des cours, sur les
derniers douze mois p.e.

pi-separ.gif (1205 octets)

Plan d'ensemble de la section

Finance comportementale

Compléments spécialisés

 

1 - Introduction

Comportements vs.
efficience

Applications
boursières



* Analyse boursière
comportementale

* Evaluat. boursière
comportementale

2 - Partie A


Anomalies de
raisonnement
et de comportement

3 - Partie B

 

Incidences sur les marchés

 

Glossaire
complet
en anglais

* Behavioral-Finance Gallery:

glossaire de 500+ mots-clés
et forum BF 1800+ membres.

4 - Petite liste

 

Principauxconcepts de

finance comportementale

Economie

 

* Economie comportementale

 

5 - Petit glossaire


 

Extraits en français du

glossaire en anglais


Bibliographie


 

* Livres de finance
comportementale

* Mes articles de
   l'encyclopédie
Knol

separ

Dernière mise à jour cette page 25/04/15

Page précédente [fin. comport.]  

Disclaimer / Avertissement légal

  [menu] [défin. img] [val. éco.] [fact. d'img] [fiche éval.] [évalueu] [val.img] [types img] [évol. img] [nouv.eco] [gest. bourse] [simul] [groupe] [fin. comp.] [important] [liens] [contrib.]