1b. C'est quoi, évaluer
une action ? Une entreprise?

 

  Cours contre évaluation

Quand une société a ses actions cotées sur une bourse, elle a un cours de bourse.

Ce que vaut, cette action; c'est le prix auquel elle est cotée, bien évidemment.

Alors, pourquoi faudrait il faire une évaluation boursière, puisque nous connaissons le
prix fixé par le marché ?

Hé oui, la valeur peut-elle être différente du prix ?
Dans la rhéorie, non, mais pour vous qui avez l'esprit pratique (si, si)  oui, elle peut
être différente.
En effet:

Si vous achetez une action, c'est que vous pensez qu'elle peut plus tard 
     atteindre un prix plus élevé.

Si vous la vendez, c'est que, soit vous avez besoin de l'argent pour
     acheter un nouveau grille-pain ou une Ferrari, soit vous pensez qu'elle

peut descendre à un cours plus bas.

Et bien sûr, il y a de nombreuses entreprises non cotées en bourse. Là, il n'y a pas
de prix de marché.

Mais justement, dans ces cas d'évaluation d'entreprise, les méthodes propres aux
actions sont également tout à fait utiles.

Les seules choses supplémentaires à prendre en compte sont:

Le manque de liquidité de l'action, qui peut conduire à appliquer une 
    réduction de la valeur estimée,

Ou au contraire la rareté, qui peut amener à appliquer une prime.

Tout cela veut dire qu'évaluer une action

c'est estimer son (ses) cours potentiel(s).

  Prix potentiel contre prix juste

Valeur économique contre évaluation de marché

Attention, dans cette cette approche, l'évaluation concerne:

Les prix potentiels, un concept pratique,

Et non pas le "juste prix" un concept théorique, basé uniquement sur les
    fondamentaux économiques de l'action (*)

  (*) ou sur des normes philosophico-politiques, comme dans le cas de la

théorie marxiste de la valeur, mais c'est un autre histoire


Bien sûr, des calculs de fondamentaux peuvent aider, mais ne suffisent pas
pour estimer des prix potentiels
, puisqu'ils dépendent aussi du fonctionnement
du marché boursier. On peut parler ici de différence entre :

Valeur "intrinsèque" (= économique)

Valeur "extrinsèque" (= propre au marché financier)

Cela montre le besoin d'évaluations basées sur le marché pour compléter celles
basées sur les fondamentaux
, afin de prendre en compte ces éléments de marché.

 L'évaluation ne doit pas donner
    qu'un seul cours potentiel

Pour un actif donné, vous pouvez trouver au moins deux cours potentiels:
le prix potentiel minimum et le prix potentiel maximum.

Vous pourriez dire que c'est simplifier exagérément, et vous auriez raison. En
effet parler de prix potentiels extrêmes sous-entend une myriade d'autres prix

potentiels entre ces deux extrêmes.

Ainsi, évaluer une action, de la façon dont je le vois, c'est déterminer une fourchette
de prix potentiels
.

Parmi eux, le soi-disant "juste prix" pourrait, ou non, être le pivot de la fourchette.

Attention à "l'aversion aux fourchettes de prévision"

Les décideurs ont souvent une "aversion aux fourchettes d'estimation".

Ils déterminent souvent un seul nombre au lieu d'un éventail de valeurs qui permettrait
de voir les diverses possibilités et risques à partir desquels bâtir une stratégie.

Ils se centrent sur ce qu'ils pensent devoir arriver ou non, et oublient d'imaginer
d'autres
possibilités.

Ils attendent aussi des experts et analystes qu'ils leur donnent un tel nombre précis
plutôt qu'un choix de scenarios.

Réduire une estimation à un seul nombre est typique d'un "cadrage mental" qui
donne aux décideurs une illusion de certitude et dilue leur appréciation du
risque.

De plus, si les choses tournent mal, cela leur permet d'attribuer la faute à
l'expert, en oubliant que le rôle d'un décideur est de faire des choix, et non
pas d'obéir aux experts.

  Comment trouver cette fourchette de prix potentiels ?

Une évaluation boursière part à la fois

* de critères fondamentaux internes (bénéfices...)
   et externes (taux de rendement du marché...) à l'entreprise,

* et de critères comportementaux.

1) Les fondamentaux jouent bien entendu un rôle.

Le premier élément pour déterminer la fourchette est de faire divers scénarios
économiques
sur les résultats prévisibles de l'entreprise, notamment les
bénéfices (par action).

Bien sûr, il y a une certaine subjectivité dans les prévisions économiques.

Et une certaine subjectivité aussi dans le choix des méthodes de calcul pour
déduire une valeur financière des prédictions économiques

En théorie, l'évaluation économique doit utiliser des méthodes
mathématiques d'actualisation
, mais celles-ci demandent de choisir

* à quelles types de revenus prévisibles elles seront appliquées

(bénéfices, marges d'autofinancement, dividendes, loyers, prix de
revente...)

* et quel taux de rendement attendu sera utilisé pour leur actualisation

Oui, au total les évaluations ont toujours une part de subjectivité.
Autant l'admettre !

Elles ne donnent que notre perception (si possible éclairée) de ce que
peut / doit être la "valeur" de l'action.

2) Le second élément pour estimer la fourchette est l'appréciation comportementale
    du marché.

Quels pourraient être l'attitude et le comportement des investisseurs envers
    l'action ?

Quels sont les scénarios économiques et les méthodes d'évaluation que
    choisiront les investisseurs ?

Quels travers cognitifs de ces investisseurs pourront interférer ?

Et quelle valeur émotionnelle (image) ces investisseurs attribuent à
     l'action
.

Cela ajouterait une prime d'amour, ou déduirait une pénalité de mépris, à
l'évaluation.

Oui, de la subjectivité à la puissance 2 !

L'affect financier (sentiment de marché) varie aussi à l'intérieur d'une fourchette, allant
de fortement haussier à fortement baissier, de la haine à l'adoration.

Les "contrariens" diraient ici que plus le sentiment est baissier ou haussier,
plus nous nous approchons d'une inversion de tendance en sens opposé.

Mais c'est une autre histoire, et retournons à l'évaluation des actions.

3) Les éléments combinés

Y a-t'il un modèle d'évaluation comportementale des actions bâti sur l'idée d'évaluer
les fourchettes de prix potentiels avec un double ensemble de critères,
fondamentaux + comportementaux ?

Le seul à ma connaissance est celui présenté sur ce site.

Sa principale innovation se situe dans le "coefficient d'image boursière".

L'un des principaux buts du site est de montrer comment fonctionne la méthode
en théorie et en pratique.

Encore plus pratique, il vous donne accès à l' qui
utilise cette méthode.

  De l'évaluation à l'objectif de cours

L'étape suivante est évidemment de comparer cette fourchette d'évaluation avec le
cours de bourse
.

Nous voyons alors si l'action à l'air chère (proche du potentiel maxi) ou bon marché
(près du potentiel mini).

De plus, il est important de détecter si le marché est sur une pente (tendance)
montante ou descendante
.

Pour vous aider à ce repérage, jetez un coup d'oeil aux principes de base de
l'évolution des images.

Tout cela aide à définir des objectifs de cours pour l'action.

Concernant cet aspect, ce site a un chapitre sur la gestion de portefeuille, même,
si ce n'est pas son sujet principal.

separ

Page précéd. [défin. img]   suivante [val. éco.]
 Dern. mise à jour cette page 25/09/15
Disclaimer / Avertissement légal

  [menu] [défin.img] [val. éco.] [fact. d'img] [fiche éval.] [évalueur] [val.img] [types img] [évol.img] [nouv.eco] [gest.bourse] [simul] [groupe] [fin. comp.] [important] [liens] [contrib.]