Parabole du petit beurre perdu
et théorie des perspectives

Prise de risque économique et financier :

l'attitude face à la perte


La "théorie des perspectives" a démontré que, en général, la douleur
ressentie face à une perte d'argent ne peut être compensée que par
un gain (ou perspective de gain) bien plus élevé.

Cela explique que des investisseurs gardent des placements plus ou
moins ratés où ils perdent de l'argent - par croyance, là on parle bien
de perspectives, que la perte n'est pas définitive - au lieu d'arbitrer
ces actifs peu convainquants pour d'autres à meilleures perspectives.

Quel luck  gain considérons nous nécessaire
pour compenser une
poor perte?

Théories sur la prise de risque
économique et financier

Notre appréciation du 
risk risque joue un rôle important dans nos
decision décisions et comportements.
Une banalité, je sais.
Mais elle nous incite à explorer, prenez une lanterne, de quelle façon
cette attitude intervient, notamment en matière financière.
Et là il ne suffit pas d'observer comment les piétons apprécient le
risque avant qu'ils décident où et quand traverser la rue.
Dans des domaines où de l'argent est en jeu, particulièrement l'économie
et la finance, la
prise de risque a fait l'objet de nombreuses recherches et
théories qui mettent en balance les rôles respectifs du risque et des
boite  gains prévisibles
.

Cette prise en compte se fait selon deux approches:
  • Elles font quasi routinièrement, intervenir les dice  probabilités
(lorsqu'elles peuvent être connues de façon suffisament fiables)
  • et aussi les attitudes et préférences face au risque
(ou aux pertes, une notion différente s'il s'agit des pertes déjà
subies sur
un investissement déjà fait) et à l'incertitude.
Concernant ces attitudes, trois grandes théories inspirée de
l'univers du jeu se sont succédées

  • danger  L'aversion au risque et la prime de risque
Elles furent théorisées au 18e siècle par Bernoulli et illustrée
par sa parabole du mendiant de Saint Petersbourg.
Le conce
pt d'utilité financière, lié à la valeur d'un placement,
vient aussi de là.
  • Depuis, lors il y eu le paradoxe d'Allais
(sorte de pari de Pascal inversé)
Il considère qu'un risque dont la probabilité est pourtant
microscope infime incite, s'il peut entraîner une ruine totale, à ne
pas mettre son argent en jeu même pour saisir une opportunité
de très gros gains.
  • Plus récemment encore, il y eu la théorie des perspectives
(prospect theory)
Elle valut le Nobel d'économie à Kahneman, l'un des pères
de l'
économie comportementale et finance comportementale.

Cette dernière théorie, dans laquelle les poor pertes déjà faites
prennent le pas sur les risques
dans l'esprit de l'investisseur, reste
assez mal connue.
Aussi ai-je illustré comment fonctionne cette erreur de perspective par
...ma propre parabole.

La parabole : le biscuit et la mer

Vous vous sentez heureux sur un bateau de croisière (ou votre
propre yacht avec quelques people de vos amis), un petit
beurre
dans la main droite.


Une vague un peu plus forte que d'autres, et plouf, le biscuit
tombe à la mer.
Voici votre journée gâchée, vous voilà de très mauvaise humeur,
vous piquez une énorme colère, tapez des pieds, faites tanguer le
navire.

Survient un steward attentionné, dont l'arrière grand-mère avait
survécu à la tragédie du Titanic.
Sentant le danger, il vous met dans la main gauche,
pour compenser
votre douleur,
trois petits beurres tirés de sa trousse de survie entre
deux canards en gelée et une thermos de purée aux truffes.

Vous revoilà heureux, un bonus de trois petits beurres, c'était la
valeur que
sentimentalement vous attribuiez au petit beurre perdu.
La parabole fonctionne tout aussi bien avec des tranches de saucisson
à l'ail.

Les implications

Quand la perte nous fend le coeur
et nous congèle le cerveau

Utilité économique et averserepeal poor aversion à la perte

En termes économiques cette théorie dite des perspectives établit que

Une perte ne peut être compensée émotionnellement
que par un gain bien plus grand.

C'est irrationnel, mais c'est une attitude courante. 
Il faut ainsi généralement un gain d'à peu près
3
euro
euro euro  euros pour compenser une perte de
1
euro euro.
Les économistes disent que la "désutilité économique" d'une perte de
1 euro ne peut être compensée que
par l'utilité économique d'un gain
de 3 euros
.

Cette théorie explique l'aversion à la perte (à ne pas confondre
avec la déjà citée aversion au risque de Bernoulli), une notion que ci-
dessous le cas des placements financiers ci-dessous permet de cerner.

Le cas des placements financiers

La théorie des perspectives (disons plutôt des erreurs de perspective)
a des effets étranges dans la prise de décision économique et financière.

On retiendra notamment le cas des buysell comportements
boursiers
.
Les investisseurs répugnent à se séparer d'un titre qui a baissé par
rapport au prix qu'ils l'ont payé (*), donc qui leur fait perdre de l'argent.
Ils tendent à conserver ce placement pourtant peu probant même s'il
vaudrait mieux l'arbitrer contre un plus sûr ou plus prometteur (voir
aussi effet propriétaire).

(*) ou par rapport à un prix de référence qu'ils ont à l'esprit et auquel
      ils se cramponnent, un entêtement et blocage
appelé aussi "ancrage
      mental"

Retour à collection : articles de finance migrés depuis Knol
Retour à collection : articles d'économie migrés depuis Knol
Retour à collection : articles de psychologie de la décision migrés depuis Knol

Visites de cet article avant la migration de Knol to Wordpress : 3.6 k


M.a.j. / updated : 12 juil. 2015
All my ex-knols / Tous mes ex knols
Disclaimer
/ Avertissement légal

This site tracked by OneStat.com. Get your own free site tracker.