Sans valeur ajoutée par l'auteur
un article
n'est que nature morte
 

Un article où l'auteur ne s'implique pas par sa
propre approche n'apporte que du savoir figé.


Titre original: "Un knol n'est pas une nature morte"

Ce qui différencie une plateforme libre par rapport à des encyclopédies
où les apports individuels sont lissés voire étouffés au profit de compilations
de documentalistes, c'est la personnalisation des apports.

C'est là qu'est la valeur ajoutée, par l'engagement de l'auteur de partager
avec des lecteurs son propre savoir et aussi d'apporter sa contribution
originale pour la progression du savoir en général.

Différenciation, innovation, personnalisation,
impératifs pour émerger

"Vive la différence"

Compiler dans un musée ? Ou tout d'abord s'engager?

Une façon de prendre une place sur un marché où des concurrents sont
fortement installés est d'apporter une différence significative (de
préférence un plus) par rapport à l'offre de ces notables peu enclins à
toucher à leurs acquis. Steve Jobs en savait quelque chose.

C'est ainsi qu'on peut comprendre l'objectif d'une plateforme Internet
libre dédiée à la connaissance.
Il n'est pas de singer des encyclopédies aux articles fades et sans vie.

Ni d'aligner (sauf peut être de façon très vivante et pédagogique
n'existant pas ailleurs) des compilations plus ou moins condensées
sous la férule de documentalistes aux ciseaux entre les dents pour
extirper ce qui sortirait d'un cadre convenu et apporterait un
véritable plus par rapport aux savoirs existants.

A noter d'ailleurs que la connaissance évolue vite, à midi elle n'est
plus tout à fait celle qui existait au petit déjeuner.
Donc une partie des "références" alignées derrière ces compilations
est déjà périmée. Peut être l'était-elle déjà (ou était hors sujet)
quand elle fut doctement mentionnée dans un article.
Le but de article est plutôt de favoriser l'engagement personnel
d'auteurs
 
apportant pont une valeur ajoutée en
termes de savoirs
.
  • A partir de leur connaissance et expérience directe 
(principe de compétence),
  • Selon des approches si possible novatrices, voire exclusives
(principe d'originalité)
  • Mais si possible sans oeillères
envers des apports d'autres recherches et approches
(esprit d'ouverture, voire de synthèse).

D'accord, il serait ambitieux et immodeste de penser pouvoir parfaitement
réunir
les trois cotés de ce triangle du savoir.

"Le mieux est souvent l'ennemi du bien", une citation pour montrer qu'il ne
s'agit
pas non plus de s'acharner à éviter systématiquement tous les lieux
communs ;-)).
Mais disons que la "différenciation marketing" ne se joue pas seulement
sur un contenu, mais aussi sur un ton, qu'il n'est pas honteux
de personnaliser
.
Et ici, attention, tambours!
Nous, auteurs d'articles, sommes des êtres vivants,
opérant sur de la connaissance vivante de façon vivante.
Nous n'arrangeons pas des vitrines de musée.
Nos oeuvres ne sont pas des natures mortes.
Scusez la grandiloquence  !
Au fait, vous constaterez au fil de cet article que l'auteur sait
conjuguer les verbes zaller, zêtre, zavoir,
scuzer et quelques
(z)autres d'aussi belle tenue.

Et aussi offrir le decision choix

Tout ça, c'est bien beau, dites-vous peut-être (ou" zallez peut être dire",
restons dans le ton),
mais ça conduit à une certaine partialité, une
subjectivité des articles
.
Comme c'est le cas pour celui-ci, ajoutez-vous malicieusement.
Certes, mais hé ho, il ne fait pas non plus dans la folie furieuse, je
ne recommande pas de se moucher avec la nappe pour jouer la
différence.
Précisément, sur un sujet donné plusieurs articles peuvent
exister
et donner chacun une approche
.
Pour que le lecteur puisse se faire librement sa propre opinion, c'est
quand même mieux qu'un texte unique et "canalisé", d'ailleurs pas
forcément neutre s'il résulte d'un rapport de force et d'obstination
entre clans d'intervenants.

Alors, pour marquer cette différence (positive), de tout auteur
d'apporter un "plus" personnel, voici quelques suggestions elles
aussi ...personnelles.
Mais que chaque auteur pourra revoir et compléter (ou élaguer).

Différences de présentation
(ton, style, compréhension...)

L'habit fait-il l'article ?


Sur ces aspects "extérieurs", la différenciation devrait jouer sur

1) Un mode d'expression propre à la person personne

L'auteur apporte un style qui lui est propre, un ton personnel, voire sa
petite patte littéraire... toutes proportions gardées
Cela se démarque du style "aseptisé" de Wikipédia, une sauce plus
ou moins (mal) lissée par une kyrielle de marmitons enrégimentés
sous la féroce vigilance d'adjudants documentalistes souvent
ignorants des sujets (j'en reparle en fin d'article, autant se
défouler !).
L'auteur d'un article (parfois avec quelques co-auteurs) doit rester maître
de son expression.
Bien entendu en évitant les débordements, eh oui, Mesdames Messieurs,
on n'est pas des sauvages !

2) Surtout et toujours, le souci -
voire l'obsession - du book  lecteur


Il apparaît souvent judicieux de s'adresser au lecteur comme dans
une
conversation (donc en se mettant à sa place, leçon numéro 1
du marketing, souvent oubliée il est vrai, les entreprises sont facilement
nombrilistes).

C'est d'abord
un état d'esprit, une véritable générosité (pas trop
envahissante quand même, on n'a pas à tomber dans la manipulation
par le "love bombing").

Donc, s'agissant avant tout de mentalité, les trucs passe-partout, les
recettes, les secrets du chef, ne servent pas à grand chose ici.
On peut quand mêmeen suggérer quelques uns assez basiques, sinon
zallez dire que je reste dans la stratosphère.
mots sacrilèges dans des encyclopédies conventionnelles.
Attention, j'ai pas dit qu'il fallait nous tutoyer, attendons de
mieux nous connaître ;-)
(sauf bien sûr dans les knols ayant ce but et dont il sera
question plus loin)
.
par un étalage se voulant savant,  ni noyer le sujet dans de
multiples considérations, qui sont à renvoyer dans des articles
spécifiques.
en ne voyant pas trop ce qu'on veut lui dire.
Encore un défaut des articles qui se voulent symphoniques et
où trop de mains jouent du piano !

Plus vulgairement, quand il y a trop de cuisiniers, la soupe est
trop
salée.
Hé oui, les platitudes ont du bon, ne vous en privez pas
totalement, mais faut savoir les placer ;-).

3) Un ton vivant

=> D'abord admettre l'utilisation d'un ton parfois sillymad décalé,
Un ton qui utilise l'humour (pas trop râté, OK, ne m'accablez pas ! ),
les paradoxes, les néologismes (transparents si possible, ou sinon
expliqués), les métaphores (ni trop recherchées ni trop éculées), les
expressions percutantes, des titres accrocheurs.

Sur ce dernier point, vous n'êtes pas tenus à limiter le titre de votre
article à un mot ou une expression, comme pour un article de dico.
Mais c'est pas non plus interdit, ni de faire des tests Adwords.
Faites comme vous le sentez, vous êtes le patron de vos articles !


Question approche percutante, pensez quand même à soigner la
vitrine.
Et la vitrine d'un article c'est l'entête (le titre, encore que c'est
plutôt l'enseigne au dessus du magasin que la vitrine) avec son
sous-titre et son résumé
.
Bon, s'agit pas non plus de se perdre dès le début en considérations
ni de dire si le
le majordome est le coupable.

Cette vitrine doit interpeller le passant, exciter sa curiosité ...et faire
saliver les moteurs de recherche (*).
Zallez pas le croire, mais les vitrines de certains articles restent vides !
Aaargh, ça ne pousse pas à y entrer !
(*) ils apprécient aussi, de même que les lecteurs, que vous indiquiez
       dans quelles catégories vous placez cet article.
=> De plus, illustrer par des exemples.
Et pour les plus forts d'entre vous, qui sont tombés dans la bassine
du web à la naissance, ajoutez images, vidéos, enluminures.
Du moins si c'est approprié et ne déstructure pas trop l'article. OK
pour faire du (bon) spectacle, mais le fil rouge du sujet doit rester
apparent.
=> Et puis, communiquer votre enthousiasme sur le sujet traité,
et plus largement votre passion de l'écriture, ce truc inventé il y a
8000 ans pour communiquer avec d'autres humains au dela du
temps et de l'espace.
Cela dit, être passionné, d'accord, mais sans en faire des tonnes
(oui, je sais, là encore un peu d'indulgence pour avec moi, ne tirez
pas sur le pianiste !)

Le fond (types de sujets et leur approche)

Des fenêtres grand ouvertes,
la connaissance doit pouvoir respirer.


Ici quelques autres suggestions:

=>
Se permettre d'aborder tous les sujets, il n'en est pas de triviaux.
Ne pas avoir peur de coller à l'actualité quand il y a de quoi élaborer un texte
qui la "décrypte".
Tenez, j'aimerais bien qu'un article me dise, concernant Lady Gaga,
c'estquoi son truc qui fait qu'elle s'est imposée sur le monde entier,
alors que le gars censé être notre boss à tous, le secrétaire général
de l'ONU, rame pour faire connaître son propre nom ?
Bon, il y a quelques limites. En adepte de la logique floue (= non binaire,
désolé Aristote), j'aurais peut être du remplacer le "tous les" ci dessus par
"99% des".
Certaines de ces limites liées sont liées aux bienséances.
Mais il peut y en avoir d'autres, liées au danger de manipulation.
Perso, aucune raison de le cacher, j'ai une allergie envers deux types
de sujets à haut risque, les arnaques ésotériques, et les bourrages
de crâne intégristes / totalitaires.

Mais hein, il est toujours possible d'écrire des contre-articles qui en
font de la chair à pâté.
Et puis, si les propagandes sont trop dangereuses et massives (sectes...),
reste la faculté de les "flagger" (signaler les contenus abusifs).
=> Montrer un petit faible pour des contenus peu connus ou
innovants
.
Ou du moins, comme on ne peut pas tout inventer ou réinventer, des
approches rénovées
des sujets traditionnels.
Faire état des connaissances acquises, OK, mais sans les figer, en répérant
les failles
éventuelles tant des paradigmes glorifiés que des lieux communs
sans conséquences mais qui tendent à s'accrocher comme du lierre) et en
apportant notre modeste pierre dans la fabrication de l'avenir.

C'est là aussi qu'intervient l'angle personnel, le passage par l'arrière-
boutique et non par la grand porte que bien d'autres empruntent par
routine.

Bon, ça ne veut pas dire qu'il ne fasse pas faire d'articles sur des sujets
basiques.
C'est aussi ce que cherchent les lecteurs, avec raison.
C'est quoi l'eau, c'est quoi les chausettes, c'est quoi l'air du temps
, voilà
des sujets trop négligés.
Ne me dites pas que je ne vous apporte pas d'idées ;-).

=>
Ne pas hésiter à présenter une thèse, une opinion, (et même
       donner un "sentiment").

Là aussi sans bourrage de crâne SVP, zêtes pas des missionnaires (au fait,
je vous avais averti, question conjugaison !).


=>
Pour autant ne pas négliger les domaines classiques plus ou moins
      
sophistiqués de la connaissance et de l'enseignement.
Il y a un créneau à prendre face à des systèmes éducatifs officiels
souvent peu performants, voire s'effondrant sous leur propre poids.

Produire alors des articles faciles à suivre, articulés selon un fil rouge
(oui, j'y tiens !)
.
Se démarquer des considérations trop entortillées et dispersées
traduisant un consensus mou entre clans ferraillant autour de certains
articles "coopératifs" d'une encyclopédie que je ne citerais pas (forcément
puisque c'est déjà fait :-).


Certes vous pouvez, et même vous devez, indiquer que certains points
seraient à nuancer et détailler.
Mais pour ces angles complémentaires ou opposés, pensez à amorcer
d'autres articles.
Faut pas s'en priver, et puis ça fait riche !


=>
Ne pas hésiter aussi, mais cela concerne une petite minorité d'articles
       et d'auteurs, à apporter des éclairages nouveaux et exclusifs sur des
       sujets pointus très spécialisés


Ces apports prennent alors la forme d'articles dignes d'une publication
académique, scientifique ou professionnelle de premier ordre.
Un rôle que la platerforme peut très bien assumer directement ou sous
un label spécifique "scholar" ou "expert" à créer.
Hé, faudrait pas qu'on râte le prochain Pasteur ou Newton !

Conclusion, et petite confidence

Tant un ton personnel qu'une approche orignale sont impossibles dans
des encyclopédies compassées.
C'est donc là qu'est la chance
de nous, les indépendants.

Et maintenant je sors ma petite confidence, concernant mon sentiment
vis-à-vis de Wikipédia, comme je disais plus haut, on a bien le droit de
se défouler.
L'une des choses qui m'horripile, dans un projet magnifique mais qui a
dégénéré en bureaucratie, c'est la dictature des références sous
lesquelles croûlent les articles
(et pas toujours à propos) qui tue l'article, en faisant une liste
des courses à faire au supermarché.
Ils se retrouvent considérés comme des moins que rien
s'ils ne se raccrochent pas aux dires de personnages censés
être plus savants ou intelligents.
utilisées par certains qui ne connaissent pas vraiment les sujets.
Ce manque de discernement les rend souvent sans intérêt,
non pertinentes ou dépassées
.
Elles sont parfois martelées comme "arguments d'autorité",
même si ce sont des incohérences (disons le, des âneries) ou
des vestiges de savoirs n'ayant plus cours.
Une idiotie documentée est décrétée plus crédible que la
connaissance directe des faits ou un raisonnement cohérent.
Cela en faisant croire à tort qu'elles étayent tel ou tel propos.
On peut tout leur faire dire, y compris le contraire de ce que la
source a exprimé. Certains petits malins sont très forts à ce jeu.
en fait elles sont plutôt de nature à le justifier.

Une telle avalanche, ce travers de "l'oversourcing", est pour moi
une négation de la notion d'auteur devant s'effacer derrière une pensée
convenue ou académique plus ou moins sensée.
Essayons de ne pas tomber dans ce travers manifestement cuistre !

Ce qui ne veut pas dire,
encore une minute d'attention SVP, ça se
termine, que sur certains thèmes il n'y ait pas à donner des
sources
.
Elles peuvent permettre d'aller plus loin pour qui veut des détails, et
aussi, comme disait quelqu'un (mais non, je ne vais pas à mon tour
donner une référence ;-))
, de "rendre à César..."

Retour à collection : articles sur la société / le monde migrés depuis
Knol
.

Visites de cette page avant migration depuis Knol: 1,4 k


M.a.j. / updated : 06 juil. 2015
All my ex-knols / Tous mes ex knols 
Disclaimer / Avertissement légal

This site tracked by OneStat.com. Get your own free site tracker.