Vers une monnaie mondiale
ou sinon un vrai étalon monétaire


Une urgence, créer un Etalon monétaire mondial (EMM)
et une Institution monétaire mondiale (IMM)


Un effondrement monétaire mondial nous menace,
suite aux diverses crises survenues depuis 2007.
Le monde n'a ni étalon monétaire fiable ni gouvernance monétaire sérieuse.

Même s'il est prématuré de créer une monnaie mondiale, il faudrait instituer
d'urgence un étalon monétaire mondial (EMM) et une institution monétaire
mondiale (IMM) ayant autorité réelle sur les acteurs monétaires

Comment sortir de cette situation monétaire chaotique ?
En édifiant un pont sous pont sous monétaire
sur le monde ?

Introduction, 
et rappel sur la nature de la monnaie

Les vicissitudes monétaires mondiales actuelles demandent une analyse
à la fois serrée, innovante et ...compréhensible.

La situation devenant très préoccupante, mon article en anglais
"Towards a world currency" tente d'apporter sa petite pierre
à la recherche de solutions.
Cet article en français donne les grandes lignes de cette approche et
s'étoffe à son tour

Pour mieux aborder le sujet, il est utile de se référer à l'article c'est quoi
la monnaie qui fait le point sur cet outil d'échange, d'évaluation et
de stockage de valeur, le couteau suisse de l'économie
.

Il décrit le mode de création de la monnaie, et ses formes et fonctions  de
nos jours, avec une approche qui.
  • aide à sortir de représentations dépassées ou déformées
qui obscurcissent le débat sur les questions monétaires.
  • montre que la monnaie de nos jours est le produit
d'une chaîne commit d'engagements économiques et
juridiques.
  • rappelle qu'elle nécessite une grande confiance
pour remplir son rôle, une confiance qui s'effrite, comme le
montrent les mouvements erratiques du marché des monnaies.
  • rappelle aussi que de nos jours elle est juste un blip d'ordinateur,
de quoi rendre nerveux les nostalgiques de choses plus
consistantes.
Qu'est devenu le vieux matérialisme ?

Le problème

La crise et les deux absents

Ce qui fait craindre un effondrement
monétaire
mondial

Vous avez dit pagaille ? Ou cafouillage?

On assiste c;lairement actuellement à une crise monétaire mondiale
en formation
(ah, les "trous en formation" du réseau routier ;-) ou
disons larvée, prête à exploser à tout moment . He oui, gare à l'éruption,
la lave commence à monter.


Il y a une méfiance permanente envers les grandes devises, et
encore plus d'agitation sur des devises secondaires


On la constate
* sur le marché des changes (forex), parfois utilisé comme une arme
   commerciale, mais parfois aussi tenus à bout de bras par des pays
   ayant d'importantes réserves de change à protéger,

* également sur les marchés des métaux précieux, des taux d'intérêts (*),
   des dettes souveraines (attaquées tour à tour selon un système de
    rotation), pour prendre les marchés les plus directement liés à la
    monnaie.

(*) non seulement en constatant leur volatilité, mais aussi la mauvaise
      qualité des
outils d'information et de reférence, comme l'a montré le
      scandale du Libor)
.
      En tout cas la faiblesse actuelle des taux d'intérêt semble suggérer
      une surabondance de monnaie ...devenue quasi gratuite.


Plusieurs types de déséquilibres sont à la source de cette menace de
cataclysme
monétaire mondial:
  • Le commerce mondial reste largement déséquilibré entre :
* des pays occidentaux à l'économie quelque peu engluée n'ayant
   pas su hisser leur efficacité au niveau de vie auquel ils s'étaient
   habitués,
donc  créant de l'argent et s'endettant pour
   combler la différence
,


* et des pays émergents
ayant saisi les opportunités de fournir
   ces pays en étant payé par ces masses d'argent qu'ils ont créées.
  • La menace sur les monnaies serait ainsi l'un des derniers avatars :
    • D'une création excessive de flood liquidités,
notamment une inondation de dollars américains, avec l'illusion
de maintenir la prospérité sans efforts de compétitivité traitant
des problèmes structurels.
Leurs gouvernement (mais aussi les consommateurs) ont
emprunté pour maintenir une croissance économique et un
pouvoir d'achat artificiels.
D'où la dépression atmosphérique et ses vents tournants
touchanten particulier leurs dettes souveraines
    • Au total, d'un enchaînement depuis 2007
de crises financières et économiques planétaires.
Elles sont décrites dans certains de mes articles économiques,

  • La non gouvernance monétaire mondiale
L'expression peut paraître pompeuse mais elle dénonce un vice
de fond 
du "système monétaire mondial" ...si l'on peut
appeler système quelque chose d'assez inorganisé.
Ce problème de structure s'ajoute aux graves faiblesses actuelles
de l'environnement économique et financier mondial et à leur
impact encore localisé mais non surmonté sur certaines zones
monétaires.

Ce vrai-faux système présente de grandes insuffisances
structurelles
, des défauts génétiques mentionnées ci-après,
qui le rendent peu consistant, fragile et erratique.
Il fut basé après la deuxième guerre mondiale sur un bricolage
peu tenable, asymmétrique, reposant sur une simple monnaie
nationale, le dollar US (accords de Bretton Wood). 
Il a commencé - conséquence logique de ce défaut conceptuel -
à s'écrouler à partir des années 70.

Il faudrait peu de chose pour que ce système monétaire se retrouve en
péril terminal.

La monnaie est un secteur un peu à part dans l'économie.
En principe sa valeur dépend de la confiance dans les émetteurs et
dans la prudence dans les volumes émis).

Cela dit il y a, dans les zones économiques affectées, Etats-Unis
et Europe notamment, des facteurs de contagion contagion aux
deux grands étages  de la création et de la gestion monétaire
:
les banques centrales et les banques commerciales:
    • Les banques centrales
(dont certaines étaient déjà laxistes dans la création de monnaie
bien avant la crise actuelle éclatée en 2007 suite aux "subprimes").
Elles furent appelées
, et continuent sur leur lancée, à
contribuer au sauvetage général, par de très bas taux de
refinancement dans l'espoir de rebooster l'économie et aussi
avec des achats de dettes souveraines pour pallier à la désaffection
réelle ou potentielle des marchés envers celles-ci.

Ce rôle de pompier (vanté comme "prêteur de dernier ressort")
peut sur le moment rassurer. Mais ce petit tour de magie amêne de
nouvelles incertitudes,
- d'une part sur la solidité de ces institutions ayant engrangé 
   des
actifs non rentables, dépréciés ou risqués,
- d'autre part sur la confiance et l'évolution de la valeur de
   la
monnaie que chacune pilote.
    • Les institutions financières de gros et de détail.
Les banques commerciales (qui jouent un rôle important dans
la création, la conservation et la circulation de la monnaie en dépôt,
et utilisent des refinancements des banques centrales), les
compagnies d'assurances
et les fonds de placement (*),
(*) trois types d'institutions ayant en portefeuille des dettes,
notamment souveraines et courent le même risque que les
banques centrales.
(*) on parle, pour certains fonds, de banques de l'ombre ou
shadow banking


On voit une série de dégradations des notations de banques
occidentales importantes notamment européennes et pour
certaines un besoin de "recapitalisation" pour l'instant plus
ou moins satisfait.
=> L'ensemble de ces causes peut générer

Un
effondrement monétaire général (crise
systémique),


Une fuite générale devant les monnaies, perçues
alors
comme des "actifs toxiques", avec report sur
tout autre
bien ou actif, de préférence facilement
"échangeable",

Et un
tsunami économique majeur.

Ce qui manque

Où sont le mètre étalon et l'arbitre du jeu ?

Le système monétaire mondial repose sur des "changes flottants",
donc dit sans parités fixes. C'est plutôt logique dans une situation
où chaque devise reste gérée indépendamment (*)

(*) cela malgré quelques efforts des banques centrales de se coordonner
...discrètement, sans pour autant renoncer à une "guerre des monnaies"
facilitée par le fait que leurs cotations se font l'une contre l'autre et non par
rapport à un étalon commun indépendant des nations.

Ce n'est pas par hasard si le système de changes pseudo-fixes dit de
Bretton Woods, que certains semblent regretter la larme à l'oeil, s'est
écroulé sousses incohérences et contradictions en 1971, notamment
sa série de dévaluations / réévaluations "compétitives".
D'ailleurs les désordres commerciaux dus à la persistance de certains
taux fixes non justifiés, comme ceux encore actuellement de la monnaie
chinoise, ne donnent pas trop envie de revenir de façon générale à ce
système
Alors OK pour les changes flottants à condition
cependant qu'ils ne soient pas erratiques !
Et c'est là qu'est le problème, à savoir sur ce marché l'absence du
moindre repère et de la moindre organisation
, choses qui
permettraient d'une part de voir plus clair sur la position des diverses
monnaies, et d'autre part et surtout, d'éviter que la phase actuelle,
disons "de transition", largement erratique, dégénère en chaos total.
  • Manque d'un measure standard universel  
de valeur des monnaies (et par conséquent de mesure de
la valeur des biens économiques)
.
Aucune monnaie existante (même plus le dollar US) n'est assez fiable
pour jouer ce rôle.

C'est comme si nous n'avions aucune unité commune de
mesure des températures, des longueurs
ou des autres
grandeurs physiques
,
Tout ingénieur vous dira comment cette source de confusions peut
envoyer des fusées se crasher dans la mer.
Allez savoir, quand le taux de change Euro vs. dollar varie, à laquelle
des deux devises imputer la variation.
  • Mauvais pilotage du volume mondial des liquidités,
du crédit et des taux d'intérêt.

Malgré le rôle clé de ces facteurs pour l'économie mondiale, l'évolution
de ceux-ci est en pratique
entre les mains de la politique
monétaire américaine
, simplement parce que le dollar US
est
considéré comme "la" monnaie mondiale
.

Le roi dollar est-il nu ?
Comment diable une monnaie émise par un pays dans son
propre intérêt
peut servir de référence à une bonne part des
transactions commerciales et financières du monde ?
Une recette d'instabilités et distortions économiques (taux de
change, balances commerciales, spéculations sur actifs
financiers)  !


Ainsi une émission excessive de dollars, créant une inondation de
liquidités douteuses, tournant de plus en vite pour s'en débarrasser
(loi de Gresham : la mauvaise monnaie chasse la bonne) est source
de bulles et krachs.

Aussi les sanctions sur des banques étrangères aynt utilisé le dollar
US 
pour des opérations non agrées par la politique américaine est
une autre balle tirée par  le dollar dans son propre pied.

Comment vont réagir les pays étrangers avec d'énormes réserves
en dollars
, vu que  c'est une devise biaisée non utilisable librement ?

Quelle monnaie servira désormais sur les marchés internationaux
(commerciaux et financiers)
comme librement acceptée dans les

transactions ?

Le dollar face à une guerilla ?
La pression s'accumule vis-à-vis du dollar, ses faiblesses et défauts
sont de plus en plus apparents. La concurrence (yuan, euro..)
s'étend, avec des hoquets certes.
Mais difficile de savoir quand sera atteint le "seuil critique" qui
ferait basculer le dollar en une monnaie comme les autres. Ou
mieux qui ferait que la création d'un standard monétaire mondial
soit reconnue indispensable face aux instabilités et déséquilibres
déjà cités ?

Mais voilà, il y a la viscosité des choses, le phénomène d'ancrage
bien connu à moins de catastrophe qui accélère le processus
(cf.Bretton Woods).
On pourrait parler de théorie des systèmes ...sauf que le système
monétaire mondial actuel ..n'a rien d'un système et prend peu à
peu la forme d'un champ de bataille , ou du moins de guerrilla.


D'où viendra la prochaine attaque ? Ou le prochain évènement
déclencheur ?
Un spécialiste des guerres asymmétriques dans la salle ? ;-)


  • Absence d'un juge et gendarme missionné
démocratiquement par les citoyens du monde

Un paradoxe de notre ère de mondialisation de l'économie et des
communications
, est l'absence
d'institution mondiale ayant pouvoir
de superviser et arbitrer la situation monétaire mondiale
 
Et notamment d'éviter des excès
(au  niveau des budgets publics,
de
l'émission de monnaie, des taux de change)
pouvant torpiller l
'économie, comme ceux
subis actuellement et déjà mentionnés

  • => Au total, sans instrument de mesure fiable ni cabine de
           pilotage,
    le système monétaire mondial actuel n'est pas vraiment
           contrôlable
    .
    Outre des problèmes pratiques, cela soulève des doutes, voire des
    angoisses, d'autant que cela se conjugue aux déséquilibres cités
    plus haut.


    Un nouveau système doit être mis en place d'urgence,
    pour éviter
    un disaster  tsunami mondial !
    En se basant sur la théorie des
    systèmes dynamiques, qui régit
    la plupart des évolutions naturelles, sociales et humaines, autant
    sortir de la transition actuelle par le haut (émergence

    d'un système ordonné) et non par le bas (chaos et entropie).

    Ce qui devrait être mis en place

    Le pivot et le tiroir-caisse

    Pour des raisons tant économiques que politiques, il est très prématuré
    d'envisager le lancement d'une devise mondiale unique (avec statut légal
    s'entend, attention au risque de monnaie universelle privée évoqué plus
    bas dans "petite question d'anticipation")
    .

    Mais du moins devraient être créés sans attendre:

    * Un network Etalon monétaire mondial (EMM)


    * Une luckInstitution monétaire mondiale (IMM),
        sorte de refondation de l'actuel FMI dans le sens,  d'une
        "banque centrale des banques centrales".

    EMM Etalon Monétaire
    Mondial

    IMM Institution Monétaire
    Mondiale

    *Référence et pivot de
    toutes les cotations Forex.
    Compatible avec les cours
    de change flottants
    .
    ______________
    * Etalon autonome, à la 
    valeur basée sur aucune
    autre référence (ni métal
    précieux ni panier de
    devises...) (*)

    ______________

    * Aussi outil de cotation
    des
    obligations, contrats,
    matières premières


    * Statut démocratique de
    coopérative fédérale
    mondiale

    ______________

    * Mission 1 : Superviseur (**)
    du système financier / bancaire
    mondial, même les aspects
    "souverains".
    Pouvoir juridique
    de stopper
    tout excès monétaire et financier
    (***).

    ______________

    * Mission 2: Banque centrale
    des banques centrales, dépositaire
    de réserves monétaires,
    garante de la liquidité entre
    zones monétaires (****)
    (*) la monnaie étant un droit sur l'ensemble des richesses, son
    volume n'a pas à être corrélé à une matière en particulier telle
    que l'or qui ne représente en rien l'économie en général et dont
    le cours est d'ailleurs très spéculatif.

    (**) la prévention des crises et arnaques ne passe pas par un
    maquis réglementaire
    inapplicable, source de failles et d'ailleurs
    vite obsolète, mais par des guetteurs
    compétents, bien équipés
    et ayant
    pleins pouvoirs sur la base de principes
    fondementaux
    très forts.

    (***) cela concerne tout déséquilibre criant au niveau de la
    création monétaire, des taux d'intérêt et de changes, des
    évolutions de prix (dont ceux des marchés financiers), des
    politiques budgétaires, des
    endettements (surlevier)..
    Elle veillerait aussi
    à surveiller et contrer toute pratique
    abusive
    sous couvert "d'innovation" utilisée de façon perverse.
    Elle aurait  sa véritable police financière mondiale avec
    un personnel compétent, de gros moyens techniques puissants
    et même des informateurs payés et agents infiltrés, le crime
    financier étant une menace aussi grande que le terrrorisme
    et le trafic de drogues.

    Son domaine couvrirait non seulement les banques mais aussi les
    "non banques", donc toute entité financière d'une certaine
    importance.

    Ce "nouveau FMI" se coordonnerait étroitement avec d'autres
    organisations mondiales (OMC, OIT...)
    pour remédier
    ensemble aux distortions.

    (****) il superviserait par ailleurs un Fonds mondial de
    garantie bancaire
    alimenté par des cotisations des très
    grandes banques ("trop grosses pour les laisser faire faillite)
    et autres institutions financières représentant un "risque
    systémique".

    Ces diverses caractéristiques à prévoir sont bien
    entendu très simplifiées et sont à développer.
    Il y a d'ores et déjà bien davantage de précisions dans
    l'article (en anglais)
    Towards a world currency. Par
    exemple le détail de ce que que serait le bilan Actif-Passif
    de l'IMM
    .)

    Aspects corollaires

    Remarque d'actualité
    Des zones monétaires se forment pour pallier à l'absence d'une
    monnaie mondiale stable et inspirant suffisament confiance pour
    couvrir l'essentiel des transactions internationales.

    En Asie par exemple
    se dessinent peu à peu de tels rapprochements
    monétaires (paiement des transactions commerciales, "swaps" (échanges)
    de devises entre banques centrales), inspirés d'une certaine façon
    par l'Euro
    qui a montré la voie.
    Le commerce inter asiatique, en plein développement, n'a aucune raison
    d'être basé sur le dollar américain. De là à ce que le yuan (non encore
    convertible) devienne
    un standard monétaire, de l'eau coulera sous  les 
    ponts du Yang-Tsé).

    L'amérique latine pourrait aussi créer sa zone monétaire.

    Enfin des alliances entre grandes zones peuvent se constituer.
    Par exemple les plus avancés des pays émergents, tendant à se méfier
    du dollar et de la dette souveraine américaine où est placée une bonne
    part de leurs réserves monétaires, pourraient participer à un fonds
    de soutien de l'Eurogroupe.
    Reste à savoir la permanence de telles alliances.

    Ce multilatéralisme monétaire encadré par grands blocs peut améliorer
    un peu la confiance et les facilités de transactions, mais il crée de nouvelles
    cassures et ne peut suffire à éviter un séisme monétaire mondial.

    Petite question d'anticipation

    Que se passerait-il si un ensemble de grands groupes privés, fatigués
    d'une part de l'incertitude monétaire rendant problématiques leurs contrats,
    investissements et financements, notamment à long terme, et d'autre part
    de l'inaction des gouvernants pour y remédier sérieusement de concert
    avant que la situation tourne au cataclysme, créait sa propre monnaie
    universelle privée offrant de meilleurs garanties dans les transactions ?
    Et là, on serait loin d'une référence monétaire indépendante et d'une
    gestion démocratique !
    Rien à voir non plus, même si cela s'en inspirerait, avec une "monnaie
    alternative" cooperative à audience plus ou moins communautaire.
    Pas davantage le prototype de "monnaies privées" en concurrence
    comme en rêvent les libertariens.
    La dérive des "bitcoins" a refroidi certaines ardeurs envers les
    monnaies parallèles.
    Pourtant cette cartellisation peut arriver demain, ces éléphants
    économiques ont toutes raisons de faire jouer leur poids pour se protéger.
    Alors les gouvernements, qui tenez à votre "souveraineté monétaire",
    vous croyez que vous pourrez en garder même des miettes si vous ne
    faites pas des mises en commun avec un minimum de supranationalité ?

    Retour à collection : articles de finance migrés depuis Knol
    Retour à collection : articles d'économie migrés depuis Knol

    Visites de cette page avant migration depuis Knol: 3,4 k

     
    M.a.j. / update 04  sept. 2015
    All my ex-knols / Tous mes ex knols
    Disclaimer / Avertissement légal

    This site tracked by OneStat.com. Get your own free site tracker.