L'abus de belles histoires,
bonnes explications, attributions,


On peut tout expliquer, et de plus, dire que
tout ce qui va mal est la faute aux autres.

L'être humain tend à se créer des certitudes en émettant des explications
rapides voire en s'inventant de belles histoires devant tout événement
plus ou moins surprenant.

Il tend à s'attribuer à lui même les situations et évènements favorables
(auto-attribution, rationalisation) et à trouver des boucs émissaires pour
les défavorables (biais d'attribution, diabolisation)

signal On vous révèle tout, 
mais c'est entre nous.

La quête de la bonne histoire

Ah, ma bonne dame,
tous ces satellites nous perturbent le temps !


Le monde est complexe, pas toujours compréhensible.
Il est changean
t, peu prévisible, riche en fog incertitudes et
surprises,
et au final souvent ressenti comme inquiétant, comme
une dangermenace.

De pompeuses banalités certes !
Pourtant en voilà une autre, soyons positifs : l'être humain, dès sa petite
enfance, cherche à comprendre ce qu'il fait sur une terre étrange qui
regorge de trucs bizarres, phénomènes inconnus et évènements
surprise inattendus.

C'est tout cela
qui peut expliquer (sauf à être une belle histoire à son
tour ;-)) pourquoi cet humain a parfois tendance à
:
* S'inventer des explications run rapides, certitudes immédiates,
   scenarios fast food et à sens unique (cf.
recettes et raccourcis mentaux et
   comportementaux), attractifs ou effrayants, face à des évènements plus
   ou moins surprenants.

   Pour mieux s'en convaincre, il recourt à des histoires et fables
   qui lui semblent éclairer les choses,  


* Ou se ruer sur les "révélations" tirées du chapeau que certains ne
   manquent
pas de lui livrer pour satisfaire son appétit de buzz,
   commérages, potins et rumeurs
.
Il cherche avec ces béquilles mentales, ces approches imagées, à
calmer
son
uncertain doute et son malaise "de ne pas savoir".
Même d'ailleurs quand le soi-disant évènement ne ressort que du"bruit
de fond" sans la moindre importance.


De plus, bien des gens, notamment qui occupent une position en vue, ou
se  targuent d'être omniscients,
ne veulent pas avoir l'air ignorants ou idiots

en n'émettant aucune explication ni opinion sur tout sujet qui tombe des
nues.


Quelles conséquences ?

D'accord, cela ne pose pas de problème, sauf peut être un risque de gaffe,
s'il s'agit d'un sujet sans importance, comme évoqué plus haut.

Pas davantage si le domaine est plus sérieux, mais qu'on se limite à de
simples hypothèses, à des bases de réflexion, qui seront creusées et
vérifiées ensuite.

C'est plus dangereux et éthiquement scabreux si l'explication, à propos
d'une situation cruciale, est prise argent comptant et entraîne des
décisions et actions (ou inactions) mal contrôlées.

De plus ces interprétations / représentations, voire ces mystic croyances,
peuvent à la longue devenir fortement ancrées à l'esprit et donc bloquer
ou biaiser la
perception.
Elles peuvent aussi faire taches d'huile dans la population, par le biais de
médias publics - ou de buzz plus souterrains - à bon ou à mauvais escient

Fausses attributions

C'est pas ma faute, c'est la sienne !

Basée elle-aussi sur la recherche d'une explication facile, l'attribution
sans grand fondement de la responsabilité de telle ou telle
situation
à une personne ou entité est un autre type, assez voisin,
de
travers mental,
Cette entité tend à en attribuer le mérite
    * soit à ses propres actions
        (auto-attribution, rationalisation)

    * soit à une ou des personne(s) qu'il idéalise (déification), qui 
       souvent en tireront avantage.
  • Si cette situation se révèle par contre défavorable,
    il tend à ne pas admettre qu'il aurait pu faillir (rationalisation),
    veut se justifier "chéri, c'est pas ce que tu penses, je peux tout
    ewpliquer"
    Il tend souvent à désigner un responsable "tout trouvé": attribution, 
    accusation, dénonciation, deviltail diabolisation, voire un
    bouc émissaire (*) (**) à lyncher
    C'est la faute à Voltaire, c'est la faute à Rousseau!

    Version moderne:

    Notre enlisement économique, pensez donc, nous on n'y est pour rien!
    C'est la faute, au choix, à la diabolique mondialisation, à la perversité

    des banques, aux mêchants pays émergents,
    aux vilains spéculateurs !
(*) La diabolisation n'est pas seulement utilisée pour caricaturer des situations
      mais aussi pour contrer, par des arguments émotionnels (plutôt qu'une
      analyse rationnelle et équilibrée, laquelle est légitime), les changements,
      projets et innovations
en les présentant comme d'affreuses menaces.

(**) La diabolisation est habituellement sur quoi s'appuient les discriminations,
        le racisme, la xénophobie, le sectarisme

Les "spécialistes"

Le gourou sait tout et explique tout!

Parlons aussi des commentateu
rs, spécialistes, conseillers, et bien entendu
des chefs, sans oublier la cohorte des conteurs et buzzeurs, dont chacun
attend un bulb"éclairage", "décryptage", voire "décorticage"

(quel sort alors pour les épluchures ?), face à tout évènement.

Autant conseiller (voilà que je tends à les imiter ;-) un peu de méfiance
envers ces phares de la pensée, sans toutefois leur attribuer (ce serait
encore tomber dans le même travers ;-)), le fait de sauter à pieds
joints dans ce piège mental.

Prenons l'exemple du commentateur buysell boursier
.


Un dur métier ! Il doit jouer les pythies puisant dans les entrailles du
marché de quoi servir au boursicoteur sa becquée journalière de sa
nourriture de base, l'information (qu'alliez vous penser? vous avez
cru à mon histoire d'entrailles?), même si ce n'est
que du bruit de fond.
=>
Face à une baisse de la bourse un jour et à sa hausse un autre
       jour,
l'oracle du marché doit trouver aussitôt une bonne
       raison
.

Ce n'est pas qu'il cherche à tromper qui que ce soit, mais il ne doit
avoir toujours  à l'épaule sa musette à explications toutes faites
(parfois contradictoires, genre la même pour la hausse et pour la
baisse) et aussi être toujours prêr à faire appel à ses dons
d'imagination
.

Et aussi...
Et c'est rien à côté du commentateur politique !
Ou du personnage politique lui-même !
Et encore moins du psychanaliste !
Enfin à ce qu'on dit, je ne voudrais pas commettre ...d'attribution.

Et puis il y a pire : le commerce de l'ésotérisme.
Et aussi celui des idéologies absolutistes

Envers ces charlatanismes, là j'attribue et assume volontiers mon
dédain.
C'est binaire, j'admets, mais que voulez vous, il est des cas où il faut choisir
son camp !

Retour à collection : articles de psychologie de la décision migrés depuis Knol

Visites de cette page avant migration depuis Knol : 1,1 k


M.a.j. / updated : 07 juil. 2015
All my ex-knols / Tous mes ex knols
Disclaimer / Avertissement légal

This site tracked by OneStat.com. Get your own free site tracker.