Les banques sont-elles nos amies ?

Cet article vise à donner un panorama général sur le rôle et l'utilité
des banques
et sur certains
problèmes qu'elles posent, aspects
développés dans d'autres articles plus spécifiques
mentionnés plus bas
dans ce texte.


C'est quoi les banques?

Les banques sont des entreprises qui offrent, dans leurs locaux ou en ligne,
de nombreux
services liés à l'argent pour entreprises, particuliers, et
toutes institutions. Le menu est très varié, 
:

D'abord en plats principaux:
* des dépôts à vue / comptes courants permettant au client de gérer sa
   trésorerie immédiate.
* liés à ces comptes, des moyens de paiement / encaissement
   (cartes,  chèques, effets de commerce...)  et de transfert (virements,
   prélèvements électroniques)
nationaux et internationaux
* des comptes et plans d'épargne bancaire, 
* des crédits à court et long terme pour la trésorerie (escompte...) mais
   aussi consommation et investissement,


Et en acconpagnement:
* du change de devises, au comptant et à terme

* des garanties
   Par ex. pour le réglement des opérations d'import-export.
   Ou encore de
s garanties de taux (en général en faisant elles mêmes ou
  
en ouvrant aux clients des opérations sur les marchés dérivés)
* du courtage boursier, la diffusion de fonds de  placement dont le
  
portefeuille est investi sur les marchés financiers ou l'immobilier,
* des assurances, non seulement à titre de placement (assurance-vie),
   mais aussi couvrant les dommages.

* des services divers, facilité par leur connaissance quasi intime de leur
  
clientèle, de ses comportements et besoins économiques
* le montage d'opérations financières par les banques d'investissememt: 
   "fusac" fusion / acquisition, émission d'actions, introduction en bourse, 
   pools de financement (grands projets...),

Il y a une hiérarchie dans le "système bancaire" entre
* les banques centrales (banques des banques, en particulier parce
  
qu'elles peuvent fournir des prêts de trésorerie aux autres banques)
* et les banques commerciales
qui s'adressent à des clientèles plus
   ou moins variées.


Certaines banques sont très
spécialisés dans certaines clientèles et
types d'opérations (banque d'investissement, banque privée), d'autres

orientées vers le public en général et l'ensemble des services (banques
de détail).


La place des banques
dans l'économie et la finance


Le
rôle économique des  banques est considérable tant
* pour faciliter les échanges
* que pour
financer des
projets de consommation et d'investissement.
   pour les particuliers, les entreprises et les
institutions publiques.

Notons en particulier, nous y reviendrons, que les banques participent à
la création de monnaie pour leurs clients emprunteurs, et donc
pour
l'économie, en contrepartie d'engagements économiques et juridiques
de ceux-ci. Comme plus généralement leurs activités tournent
autour de
l'utilisation de l'argent par les acteurs économiques, elles sont
un peu les maîtres de la monnaie.


Les banques ne sont toutefois que l'un des acteurs, certes important, du
métier de
la finance.
Ce domaine, qui couvre non seulement la monnaie, mais aussi tout ce qui
est trading à court terme et projets nécessitant des engagements à long
terme est occupé
également par des institutions publiques (Trésors publics
notamment) et de plus en plus par les marchés financiers,

Ainsi, les opérations passant directement par le marché ont pris une
place de plus en plus
grande par rapport à celles passant par les banques
classiques faisant "tampon").

Cette "désintermédiation" a lieu certes pour des raisons pratiques,
mais aussi du fait de moindres contraintes de transparence et sécurité, vu
que le risque de marché incombe essentiellement aux apporteurs d'argent
considérés l'accepter (mais avec des ricochets possibles sur l'économie
en général).
Entre parenthèses cette acceptation n'est peut être pas très consciente
par qui
recours à ces "banques de l'ombre", moins régulées que les
banques
traditionnelles.

Toujours est-il que ce milieu très diversifié, complexe et mouvant qu'est
la finance, une banque ne peut pas vivre en vase clos. Elle est en relation
avec les autres banques et avec les marchés, dont les banques sont elles
mêmes restent des actrices de premier plan.
=> Cette interpénétration peut créer un risque systémique (effet
      domino
  où les problèmes d'une institution financière importante
      peuvent contaminer de proche en proche les autres.

Peut poser problème aussi la relation périlleuse entre le système bancaire
et les
Etats pouvant être amenés à se soutenir financièrement l'un l'autre
après avoir sombré dans des excès de spéculation ou d'endettement

Enfin ne négligeons pas l'essor de "banques de l'ombre", par exemple
certains fonds de placement non soumis aus critères de sécurité des banques
(voir plus bas "Bâle III"), qui mobilisent de l'épargne et font des financements
basés sur le marché des dettes

Un mot sur la gestion bancaire.

Non seulement maître de la monnnaie, une banque doit être un maître du
temps et de l'équilibre.


* Maîtriser le temps. Pas question de prêter sur 20 ans avec de la ressource
qui peut partir le lendemain (dépôts à vue). on a vu aussi que les banques
participent à  la  création
de monnaie pour leurs clients, un article entier est
dévolu à cela) ,
mais elles doivent très vite se "refinancer" (trouver des
dépôts ou obtenir des prêts d'autres banques ou de la banque centrale).

Donc doivent être distingués chez les banques

- un circuit monétaire avec des ressources courtes au Passif et des
   prêts courts
à l'Actif de leur bilan comptable,
- et un circuit financier avec des ressources stables (épargne...) pour
   des emplois
(crédits et placements) de longue durée.


* Maîtriser l'équilibre ressources / emplois : il s'agit d'avoir un double
   matelas de sécurité, imposé par les règles de bilan de "l'accord
   Bâle III
"

- celles sur la solvabilité (suffisament de ressources propres
   par rapport
aux  crédits accordés, le fameux effet de levier).

- celles sur la liquidité (suffisament de ressources immédiatement
   disponibles par rapport aux dépôts à vue de la clientèle pour faire
   face à de
brusques retraits, ou des pertes massives sur les crédits
   ou placements en
portefeuille). Les placements liquides doivent
   couvrir au moins un  mois de besoins de cash de la banque.

Sur ces deux points, des règles particulièrement sophistiquées ont

remplacé
le système simpliste des "réserves fractionnaires" (des
fonds qui devaient être bloqués, au détriment d'ailleurs de la liquidité
bancaire, à la banque centrale sur la base d'un pourcentage des
dépôts des clients des banques,  pourcentage devenu de nos jours
nul ou symbolique)


A noter au niveau de l'Union européenne que la supervision bancaire -
et le traitement des faillites / sauvetages bancaires -deviennent communs
et assurés par la Banque Centrale Européenne (Union bancaire)

Un aperçu des problèmes bancaires
mis en exergue dans ce site

tels qu'ils sont détaillés dans divers autres articles

* Banques, surlevier et crises financières

k86f-tendcyclbullekrach (tendances et cycles de marché, bulles
et krachs)Les excès monétaires y jouent un large rôle

k91f-surlevnouvcap.html (surlevier vs. nouveau capitalisme)
Trop compter sur le crédit, plutôt que d'engager de l'épargne vers
le capital, fragilise l'économie

k100f-riskcriseliqsyst.html (risque / crise de liquidité / systémique)
Effet domino du a l'interpénétration des divers acteurs de la finance
dont certains sont fragiles.

* Opérations de marchés des banques

k94f-bonustradersbk.html (opérations et bonus des traders
opérant pour compte propre des banques
)
Question du bien fondé ou non des bonus, et plus largement de la
limitation des risques de trading pris par les banques pour éviter
que ce risque soit supporté par les dépôts de la clientèle.

Est abordée aussi l'idée récurrente de séparation des activités des
banques en diverses institutions spécialisées (investisssement,
marchés, dépôts et crédits, autres services), une idée tenant du
dépeçage / charcutage, à manier avec grande précaution car
pouvant créer de nouvelles insécurités
, par exemple
* en ne permetttant pas la division des risques qu'apporte la banque
   universelle,
* en reportant les opérations de marché vers la "banque de l'ombre"
   (fonds de placements aux objectifs et politiques de risque très
   diverses) non soumises aux obligations bancaires de fonds propres
    et de liquidité (voir ci-dessus "Bâle III") ni au contrôle de la banque
    centrale.

* Banque, monnaie et Etats

k87f-monnaie.html (c'est quoi la monnaie)
Est détaillé le rôle (et les contraintes) des banques en tant que
sources et entités de conservation de la monnaie.
Est expliqué pourquoi la création de l'outil économique qu'est la
monnaie
doit relever du système bancaire avec pour contrepartie
des engagements
des acteurs économiques productifs (entreprises
et particuliers) plutôt que des Etats afin de rester gagée sur l'activité
économique plus que sur le bon plaisir de politiciens y trouvant de
l'argent facile créé "ex-nihilo" par une carambouille de l'Etat qui se
prêterait à lui-même sans contrepartie
Sont abordée là aussi les conséquences d'une création excessive de
monnaie aboutissant à des bulles et autres instabilités plutôt qu'au
boostage de l'économie

k137f-crisedettespublic.html (crise des dettes souveraines)
Banques et Etats comptant l'un sur l'autre comme soutien financier
pour couvrir leurs propres excès, que se passe ils quand les deux
flanchent ensemble comme deux ivrognes se tenant par le bras pour
traverser la rue

k132f-monnaiemonde.html (vers un vrai système monétaire mondial)

* Rôles respectifs des banques, des marchés et de la réglementation

k67f-arnaquesfinance.html (arnaques / fraudes financières,
notamment les fameuses "subprimes")

k147f-surconfreglem (confiance abusive dans les réglementations)
La suréglementation donne une fausse confiance et tue la vigilance.

k149f-defmarch (c'est quoi les marchés) et k72f-marchés financiers
banque v. marchés, désintermédiation, conséquences sur la sécurité
financière

Retour à collection : articles de finance migrés depuis Knol
Retour à collection : articles d'économie migrés depuis Knol
Cet article a été réalisé ultérieurement à la migration depuis Knol


 
M.a.j. / updated : 28 sept. 2015
All my ex-knols / Tous mes ex knols 
Disclaimer / Avertissement légal

This site tracked by OneStat.com. Get your own free site tracker.