1) Grands travaux européens :
    évitons le n'importe quoi !


Le projet de grands travaux européens n'est elle pas un peu passéiste, du
Roosevelt réchauffé (dont les résultats à m'époque sont d'ailleurs discutés) ?


A quoi servent les ponts et tunnels construits à grand frais au Japon parait-il
pour une relance économique, et que personne n'utilise ?


A part quelques liaisons directes transeuropéennes genre Barcelone vers
Milan ou Francfort
sans passer par Paris, n'y a t'il pas mieux à faire avec
de l'argent qui n'existe pas ?


Le défi de l'Europe est la création d'entreprises nouvelles dans des
domaines nouveaux.


Alors si l'on veut faire des choses en commun, ne vaut-il pas mieux :

* une plus forte collaboration entre universités, elles-mêmes
suffisamment autonomes ou allant jusqu'à des universités transnationales
en réseau)


* idem en matière de recherche, à la fois pôles régionaux mais aussi
programmes européens très ciblés regroupant des moyens,


* un ou deux "grands projets" mobilisateurs avec des investissements
à
fortes retombées technologiques. Spatial ? Energétique (vaincre la
barrière
du stockage) ? Océanographique ? Nouveaux modes de
communication, de
traitements de données, de transport ?
Un ou deux projets à votre choix, n'éparpillons pas des d'investissements
lourds si on les veut mobilisateurs.


* une libération des échanges de services, notamment haut de gamme,
énorme gisement d'emplois dont pour l'instant l'Europe curieusement se
désintéresse  (là il y a une responsabilité des pays corporatistes,
et
l’Allemagne n'est guère plus exemplaire que la France, du moins au
niveau
du privé vu que la France y ajoute un corporatisme public
centralisateur
qui corsette le pays depuis des siècles et
manifestement se fracasse sur
les réalités d'un monde complexe et qui
bouge, mais ça c'est un sujet de
débat
en soi)


* etc, vos pistes svp, à votre bon coeur m'ssieurs-dames les ropéens, mais
hein de préférence pas des schémas d'hier, genre bulle du béton à
l'espagnole
étendue à l'Europe.


2) Behavioral strength (positive psychology)

BE/BF was build on the study of behavioral biases that bring counterproductive
decisions and actions,

In a SWOT analysis, they would be called "behavioral weaknesses"

On the other hand, extensive research has been done recently on positive
motivations (positive psychology)

That field of knowledge addresses "behavioral strengths"(still using the SWOT
reference) attributed to biases that
bring effective behaviors.

Yes, positive biases!

A seemingly opposite approach.
Or let us say, a complementary one
Yes, yin and yang!

The fact is that not all behavioral biases are damaging, some practices
that might go against
our self-interest might relate to other, quite
respectable, needs or goals
. See preferences
This goes from
* the principle of
pleasure (enjoy life now without always calculating
to get the best future benefits)

* to
empathy, even sacrifice, in fathor of other people needs.

It could be interesting to explore the incidence of such renewed conception
in economic and financial decisions,
as well individual ones as collective ones.

Let us take an example :
* in what situations a dose of optimism is effective ?
For example as an incentive to take initiatives instead of staying in bed ?
* in what situation a dose of pessimism is better ?
* when to ignore optimism and pessimism and listen only to pure
"mechanical"
rationality

Another example is what dose of "trust" is positive and which one is naive

Do you know that boredom, which can lead to negative thoughts and silly
moves,
can on the other hand be productive (exploring new ideas) and
even
happy?

Another thing, do you know thar hope is good for the health ?

Altogether, when is positive thinking something really positive ?
What are the positive and negative effects of a positive feelings ?

3) Comment financer
     les banques centrales ?


Hé oui, comment financer les banques centrales ?
Zavez bien lu.
Je veux dire si leurs ressources actuelles ne suffisaient plus compte tenu
de la gonflette
de leur bilan (jusqu'à 30% du PIB des zones concernées)
Pas un seul article sur le sujet. Apparemment je suis le seul à poser la
question.

Bigre, elle doit être rudement indiscrète ;-)
Pourtant si elles faisaient l'objet de notation n'aurait-on pas des surprises ?
Comment juger
* la solidité des actifs (placements et crédits aux banques)
* la pérennité des passifs (dépôts des banques et éventuellement émission
   de titres) ?

Pas facile, hein !
Quid si on leur appliquait les critères de Bâle III imposés à toutes les autres
banques ? Qu'elles sont d'ailleurs chargées de faire appliquer.

Mais bon, si ça n'intéresse personne, passons à une autre question de fond.
Yaura beaucoup de cèpes cette année ?

4) Réalité et bons sentiments

Un penseur avait dit, je ne sais plus qui, que l'enfer est pavé de
bonnes
intentions.
Ya du vrai là-dedans
Un autre a dit, je ne me rappelle pas d'avantage qui était ce gus, que
science sans
conscience n'est que ruine de l'âme. Pourquoi pas, sauf qu’il
a oublié
d'ajouter que conscience sans science n'est que plantage.
Méfions nous des bien pensants, et encore plus des purs ! Le
fanatisme
n'est pas loin !
Là encore, le truc à mon avis est, comme sous la douche, de bien
positionnerle mitigeur.
Pour d'autres principes de sagesse, consulter l'almanach. Au fait, ça
existe
toujours les almanachs ? Avec la mode du jardinage, ça devrait
revenir,
sinon comment savoir quand planter les oignons de tulipe ?

5) Développer la production
     d'énergie nucléaire


L'énergie nucléaire, outre son intérêt en évitant la pollution carbonée est
actuellement la seule technique crédible pour faire face à l'énormité des
besoins futurs d'énergie du fait de l'essor des applications électriques et,
sans compter le simple rattrapage économique des pays émergents et le
et le remplacement des énergies fossiles polluantes.

Les énergies intermittentes (solaire, éolien...) dont on nous bassine ont
le gros talon d'Achille de l'absence de vraies techniques de stockage
massif, et même si elles surmontent un jour ce défaut, elles ont ont
elles-mêmes des limites physiques évidentes

Le problème est de savoir si nous avons choisi avec l'EPR la technique
nucléaire la plus performante, j'ai plusieurs fois posé la question. Quid
du thorium, des neutrons rapides, des mini centrales, de la réaction
nucléaire à basse énergie, etc.
L'un des crières devant être bien entendu de limiter ou neutraliser
les déchets.
 
Pas sûr que le gouvernement ait la moindre idée sur tout cela, même
si le boulet Areva lui est tombé sur le pied.



6) Pour intellectuels
     et politiciens débutants

Combien faut-il de platitudes, âneries ou outrances
pour qu'un intellectuel ou politicien débutant
devienne une célébrité médiatique ?


C'est pour conseiller les jeunes.
Hé oui, le manque d'envergure, l'incapacité à apporter quelque chose,
d'utile, l'irresponsabilité foncière, ne doivent pas être un frein à de
brillantes carrières.
Une insignifiance bien "coachée" peut passer pour de la signifiance.
Une bonne mine et un ton bien calculés peuvent passer pour de la
profondeur d'analyse et de l'engagement pour les autres.
S'ils sont observateurs, ils verront que l'actualité regorge d'exemples
à suivre.



M.a.j. / updated : 05 juil. 2015
All my ex-knols / Tous mes ex knols 
Disclaimer / Avertissement légal

This site tracked by OneStat.com. Get your own free site tracker.