Analyse financière: 1. Solvabilité

Bilan comptable et équilibre financier

Bilan en béton ou en papier mâché ?
Apprécier la solvabilité d'une entreprise, donc sa capacité à rembourser
ses dettes, demande notamment d'analyser les équilibres financiers
entre ses actifs, son capital, ses dettes...

On distingue la solvabilité à long terme, qui traduit l'équilibre entre
passifs stables et actifs stables et la solvabilité à court terme, appelée
"liquidité", relative aux échéances proches.

Cela suppose d'examiner son bilan comptable mais aussi ses flux
financiers.


sous Bilan en organize béton ou en pattern papier peint ?

Rappel: buts et méthodes de l'analyse financière

Trois buts possibles
L'analyse financière d'une entreprise peut avoir trois buts. Ils sont
d'ailleurs, c'est la beauté de la chose, directement complémentaires:
  • 1. Mesurer la solvabilité de l'entreprise.
La solvabilité d'un organisme (ou d'une personne) est sa capacité 
à rembourser ses dettes en respectant leur durée
(pour les
échéances proches on dit plutôt liquidité).

Il s'agit de juger si cette entité aura en temps voulu les moyens de
régler son  "ardoise" même si c'est pour réemprunter alors pour
de nouveaux projets.
Elle trouvera en ce cas d'autant plus facilement des crédits qu'elle
aura montré qu'elle était capable de les honorer.


Une approche plus simple et plus traditionnelle, mais moins
dynamique, est de voir si le patrimoine de l'organisme
(ses "actifs") est au moins égal à ses dettes

Pour se centrer sur le cas d'une entreprise analyser sa solvabilité
est crucial pour les prêteurs (banques, fournisseurs...), et aussi
plus largement pour toute personne
concernée par la survie de
cette entité économique
(salariés, actionnaires, partenaires
divers).

Le diagnostic se base - mais pas seulement - sur le bilan
comptable, le tableau de trésorerie et le tableau de
financement.
  • 2. Mesurer sa rentabilité,
par rapport aux attentes des investisseurs, en sachant là
encore, que les incidences vont au delà de ceux-ci.
Ici le document essentiel est le compte de résultat.
  • 3. Donner une estimation de la wealth poor valeur de
l'entreprise, notamment pour qui veut y placer son argent

L'article
lire un bilan et les comptes donne plus de détails
sur les personnes et entités concernées.

Méthodes ...dynamiques

Une analyse financière ne doit pas être statique mais
dynamique
.
Elle doit comparer et anticiper comme indiqué ci-après:
  • Comparer sur plusieurs années
l'évolution des comptes de l'entreprise.
  • Comparer ces évolutions à celles d'entreprises similaires.
  • Anticiper l'évolution future de ces comptes 
une anticipation nécessaire notamment si le but est de faire
une
évaluation financière.
Dans ce cas l'analyse comptable doit être complétée l'analyse
des
telescope perspectives en explorant l'environnement
économique,
les projets de l'entreprise et ses atouts (et
faiblesses).


Une méthode pouvant facilite
r ce diagnostic est l'analyse SWOT
(strengths
, weaknesses,
opportunities, threats,
autrement dit forces, faiblesses, opportunités, menaces).


Penser aussi à préparer divers scénarios, y compris extrèmes, le
futur ayant obligatoirement sa part d'incertitude.

Centrage de cet article: la solvabilité

   Ainsi ce premier article se focalise sur l'aspect n° 1, la solvabilité,
   notamment à partir du bilan comptable.


* Un deuxième article porte sur l'aspect 2, la rentabilité,
   à partir
du compte de résultat.

* Le troisième propose des tableaux de synthèse.

* L'ensemble complété par l'article tableau / plan de
   financement.

C'est quoi, le bilan comptable?

Le bilan comptable est un document formé de deux colonnes
chiffrées. Il décrit:
  • Dans une colonne (Actif) :
le luckpatrimoine de l'entreprise
  • Dans l'autre colonne (Passif) :
la part des person ayants droits dans ce patrimoine.

Les montants totaux de chacune de ces deux colonnes sont par définition
égaux entre eux.

1. Les postes de l'Actif

Prenons l'exemple simplifié suivant, en millions d'euros, en fin d'exercice
(= fin de l'année civile le plus souvent):

Immobilisations

Valeurs d'exploitation

Créances réalisables + disponible

500

200

150

Total

850


Toujours en simplifiant:
  • Les immobilisations

Elles comprennent les bâtiments, les équipements et certaines
propriétés  "incorporelles"
(brevets, fonds de commerce, voire
des c
réances à long terme et des écart d'acquisition-fusion).

Elles sont chiffrées dans l'Actif du bilan:

* soit à leur valeur d'acquisition diminuée d'amortissements
   (dépréciations théoriques imputées chaque année).

* soit (normes internationales) à leur "juste valeur" (fair
   value) égale à leur valeur de marché, si elle existe et parait
   fia
ble (donc  pas trop "volatile") ou sinon estimée selon des
   critères de marché.
    • Les valeurs d'exploitation. Ce sont les stocks 
    matières premières, composants, produits semi-finis ou finis
  • et travaux / chantiers en cours.
    • Les créances sur les clients, voire sur les fournisseurs (acomptes).
    • Le disponible comporte les placements suffisament liquides :
    dépôts bancaires et caisse
  • 2. Les postes du Passif

    De même en simplifiant, pour la même entreprise à la même date,
  • le Passif comprend:

  • Capitaux propres

    Dettes à long terme

    Dettes à court terme

    350

    300

    200


    Explication succinte:
    • Les Capitaux propres, poste qui a pour équivalent l'Actif net
    (égal au total du bilan - donc de l'Actif - moins les dettes).
    Ces capitaux propres comprennent:
    • le Capital : c'est l'argent apporté par les propriétaires
    (les actionnaires dans le cas d'une société par actions).
    • Les Réserves : ce sont les bénéfices des années passées
    du moins la part de ceux-ci laissée dans l'entreprise
    par ces propriétaires
    au fil des ans (autrement dit, 
    ce
    qui neleur est pas versé en dividendes)
    • Le Bénéfice net de l'année écoulée 
    (voir le knol sur l'analyse de la rentabilité).
    L'analyste en soustrait éventuellement les dividendes
    à verser aux
    actionnaires au titre de cette année
    précédente (
    donc considérés comme des dettes à court
    terme)
  • Concernant les dettes:
    • Elles sont dites à long terme si à échéance à plus de 1 an.
    ce sont le plus souvent de prêts sur plusieurs années dits
    "crédits d'investissement".
    • Les dettes à court terme sont à moins de 1 an.
    souvent des "crédits d'exploitation" des banques et des
  • "crédits fournisseurs" (facilités de paiement).
  • La solvabilité générale ou à long terme

    Qui doit à terme ne doit rien, dit un proverbe.
    Mais entre nous, vaut quand même mieux s'en soucier !


    On distingue ainsi

    * la solvabilité générale ou à long terme, qui traduit
       equil l'équilibre entre
    passifs stables et actifs stables
    * et la solvabilité à court terme, celle relative aux
       clockéchéances proches
    et qui est plutôt appelée la "liquidité".

    Commençons par les éléments concernant la solvabilité
    à long term
    e.

  • 1. Le haut de bilan et le fonds de roulement

  • En règle générale:
    Les passifs stables (capitaux propres et dettes à long terme) doivent
    être
    au moins supérieurs aux actifs stables
    (immobilisations..),
    l'excédent s'appelant
    "fonds de roulement".

    Ce fonds de roulement doit être suffisant pour financer aussi une partie
    des actifs courts dits
    "actifs circulants"(le complément étant couvert
    par des dettes à court terme : fournisseurs,
    banques...).

    Ainsi dans l"exemple présenté plus haut:
    • Les financements stables sont de 350 + 300 = 650
    • Les actifs stables représentent 500
    • Le fonds de roulement est donc de 650 - 500 = 150
    • Les actifs circulants représentent 200 + 150 = 350
    => Le fond de roulement (150) couvre donc une part appréciable
             des actifs circulant (350)
    => C'est pourquoi les dettes à court terme ("crédit d'exploitation")
             sont limitées à 200.

    =>
    Si le fonds de roulement n'avait été que de 50, il aurait fallu
             trouver 300 de crédits à court
    terme et peut être que les
             banques et les fournisseurs auraient rechigné.


  • 2. Anticipations de cash-flows 
  •     et tableau de financement

  • Le bilan ne suffit pas complétement pour analyser la solvabilité,
    Il faut aussi s'intéresser aux flux d'argent.
    L'argent qui rentre, l'argent qui sort...
  • C'est ainsi que parmi les financements stables, les dettes à long
  • terme sont supposées pouvoir être remboursées au fil des ans
  •  "cash flows"de l'entreprise.
  • Cette notion de cah flow est détaillée sous l'appellation de Marge
  • Brute d'Autofinancement dans l'article 2:  analyse de la rentabilité.

  • Disons que si ces dettes ont une durée de 5 ans et à rembourser
    par
    tranches annuelles égales, le cash flow annuel attendu doit
    être au minimum
    de 1/5e de ces dettes (soit un montant de 60
    dans cet
    exemple), et de préférence largement plus.

  • Cette constatation elle même n'est pas tout à fait suffisante, il serait
    bon pour y voir plus clair de connaître le tableau prévisionnel de
    financement (tableau des nouvelles ressources  et des nouveaux
    investissements) des années suivantes.
  • La solvabilité à court terme (liquidity liquidité)

    1. Le bas de bilan


  • Les avoirs à court terme et disponibles doivent être égaux ou supérieurs
    aux
    engagements immédiats et à court terme afin de faire face aux
    échéances de
    ces derniers.

    Si l'on regarde le bilan de notre exemple, ce n'est pas tout à fait garanti. 


    Reste quand même à regarder la trésorerie immédiate, et cela ressort
    du tableau de trésorerie
    plutôt que du bilan, comme vu ci-après.

    2. Les anticipations (et angoisses?) de trésorerie

    Le tableau de trésorerie indique les montants et échéances des
    dettes et des créances,
    et des autres sorties et entrées d'argent
    prévisibles,
    qui vont intervenir à court terme (à la différence du
    tableau de financement évoqué plus haut et centré sur le long terme).


    Il sert à vérifier si la trésorerie sera suffisante pour faire
    face à ces échéances
    .

    Concernant cette situation proche, on ne parle plus de solvabilité
    mais de liquidité


    Le tableau est établi le plus souvent mois par mois, les fins de mois
    étant des moments
    décisifs, voire angoissants.

    Les ratios de bilan

    Les ratios facilitent les comparaisons telles qu'indiquées en introduction
    de cet article.
    Ils amènent à poser et se poser des questions (eh oui,
    l'analyse conduit aussi à réfléchir,
    et à poser des questions à l'entreprise)
    du genre:

    * Ce ratio s'améliore t'il ou se dégrade t'il au fil du temps?
        Quelles peuvent être les causes de ces évolutions?
    * Est il inférieur ou supérieur à celui d'entreprises
        similaires
    ?

       Quelles peuvent en être les causes ?

    Entre parenthèses, la question du sur-levier financier (surendettement)
    ne se pose 
    pas seulement à l'échelle d'une entreprise mais peut avoir de
    grosses conséquences
    sur l'économie en général

    Voici quelques ratios usuels que l'on peut tirer des bilans:

    Ratio d'endettement général
    = Toutes dettes / total bilan = 500 / 850 = 0,57
    Ratio de capitaux stables
    = Dettes LT / cap. propres = 300 / 350 = 0,86
    Ratio de fonds de roulement
    = Capitaux stables / immob. = 650 / 500 = 1,30
    Ratio de trésorerie / de liquidité
    = Dettes CT / actifs CT = 200 / 150 = 1,33

    On pourrait aussi, comme indiqué plus haut, tirer des ratios par rapport
    à la marge brute d'autofinancement, ou encore par rapport aux frais
    financiers.

    Entre nous, dans cet exemple, la solvabilité de cette entreprise ne semble
    pas en cause
    dans l'immédiat.
    Toutefois, elle supporterait mal une baisse de conjoncture (moins de
    ventes, donc moins de
    rentrées d'argent) et elle ne semble guère pouvoir
    s'endetter davantage notamment pour
    de nouveaux investissements
    importants.