Ancrage mental / fixation mentale

Le danger des oeillères et des fixations sur le passé

La fixation mentale sur des références passées prépare mal à un monde
en changement rapide.
Il y a là une forme de dissonance cognitive, avec refus de ce qui contredit
les croyances de la personne
Est nié aussi que la société est un système dynamique, en changement
constant

En finance, où la question a été particulièrement étudié; ce conservatisme
peut bloquer l'esprit sur un cours passé d'un titre qui a perdu depuis lors
une part de sa valeur boursière.
Cela empêche d'ajuster son portefeuille tant que ce cours n'a pas rejoint
ce niveau, même si les chances qu'il y arrive sont nulles ou minimes

brain Qu'est-ce qui colle les neurones?

anchor Ancres, oeillères et boulets, blocage
           et entêtement sur des repères passées
.

L'ancrage mental / la fixation mentale consiste à percevoir, penser, se
rappeler, analyser et
prendre des décisions sur la base :
* soit
d'anciennes références  (données, évènements,
   idées...) fortement ancrées dans l'esprit
Hé oui, il y a même là un côté physique.
Les neurosciences ont montré que, à force de s'établir souvent,
des connections entre neurones par neurotransmetteurs et
ondes électriques deviennent comme "soudées", difficiles à
rediriger.
* soit d'un nombre immédiatement présenté, sans vraie analyse.
Qules sont ces anciens repères mentaux
qui contrôlent et bloquent l'esprit ?


Ce sont généralement :
  • Des faits, évènements, antérieurs
  • Des données numériques
L'ancrage sur un nombre est un phénomène en soi.

Si un nombre, même extrèmement exagéré, fantaisiste, voire
sans rapport avec le sujet est indiqué avant une analyse, une
évaluation, un achat ou investissement, il a inconsciemment
une forte influence sur le raisonnement.


Un autre exemple de référence chiffrée est le prix d'achat initial
pour une décision financière (voir plus bas)

  • Des impressions, idées, paradigmes et explications conçus à l'époque,
Et aussi des sentiments profonds ou éprouvés à ce moment
  • Des actions et décisions passées(effet d'engagement)
Cette focalisation conduit la personne à négliger d'autres aspcts de la
situation
et à nier ses évolutions.

Ce déni va contre le fait que la société est un
système complexe et dynamique.

=>
Victime de ses oeillères et d'un entêtement quasi obsessionnel, la
        personne néglige les nouveaux évènements et nouvelles données qui
        font  que la situation actuelle diffère, parfois radicalement, de celles du
        passé et des croyances acquises.

Les causes de cette fixation mentale peuvent être:
  • purement cognitives
 (raisonnement antérieur, première perception ou compréhension)
  • ou émotionelles
(sensation agréable ou douloureuse liée à un souvenir, et côté
dérangeant des évolutions).

On peut se trouver ancré par les yeux, par le cerveau ou par le coeur.
Boulets à tous les étages ! Ca ne permet guère de bouger !

Conséquences sur le comportement

L'ancrage subjectif / arbitraire sur des références passées ou des premières
impressions - qui fait l'impasse sur les réalités actuelles et refoule
tout essai
d'anticiper les évolutions futures - fait partie des travers
comportementaux aux effets dommageables souvent présents chez l'être
humain.

Plus précisément, ce type d'oeillères s'apparente à un
heuristique (raccourci
de raisonnement et mode de décision étroitement simplifiés) et aussi
à l'attention sélective.

Cette fixation mentale est le père et la mère de:
  • La "dissonance cognitive"
(refus mental d'accepter des faits nouveaux contredisant les
croyances antérieures),
  • Les "biais de status quo".
(conservatisme mental, immobilisme, résistance au changement)
On passe là des oeillères aux ornières !
Et à l'illusion que dans un monde qui évolue continuellement,
qu'on peut continuer indéfiniment sur ses avantages acquis
et ses savoirs non remis en cause (voir l'article innovation).


=>
Cet ancrage, s'il persiste par non ajustement mental aux changements
        de situations, amène des décisions et comportements sous-
        performants
ou même désastreux
.

Un exemple devenu classique 
en économie et finance

En économie et finance,
on peut prendre l'exemple du prix du pain comme
référence du pouvoir d'achat ...en oubliant l'évolution des revenus.

Centrons nous surtout sur la "
théorie des perspectives" qui se base
sur
  "l'aversion à la perte".

Elle tend à rendre les investisseurs mentalement accrochés à u
ne référence
arbitraire de prix passé:
  • Leur cours d'achat le plus souvent,
  • Ou un sommet passé des cours,
  • Ou parfois un prix rond,
  • Ou encore un objectif de prix
décidé de façon rigide dans le passé et sur lequel la personne s'entête...

Cet investisseur s'accroche à un bien qu'il possède, cela tant que
son prix courant est plus bas que cette référence mentale
, même
s'il y a de bonnes raisons qui justifient que les perspectives de prix futur
se sont dégradées et qu'il ferait mieux de se débarrasser de ce rossignol
lors d'un vide-grenier.

=>
Il prend le risque de perdre davantage d'argent en conservant un bien
        ...pas si bien que cela.

Retour à collection : articles de psychologie de la décision migrés depuis Knol
Retour à collection : articles de finance migrés depuis Knol

Visites de cette page avant migration de Knol à Wordpress : 3,7 k


M.a.j. / updated : 22 sept. 2015
All my ex-knols / Tous mes ex knols 
Disclaimer / Avertissement légal

This site tracked by OneStat.com. Get your own free site tracker.