Jeux d'argent ou spéculation.
Quelles différences ?

Le mythe de la Bourse casino

Le jeu d'argent et la spéculation ont certains traits communs.
Mais le jeu crée ses propres risques alors que la spéculation
transfère entre personnes des risques existants.

De plus le rôle respectif des probabilités mathématiques fixes et
connues et, à l'opposé, des pures incertitudes, est plus obscur.

La spéculation repose sur l'anticipation et la prise de risque.
Elle peut engendrer des excès, mais on est loin de la diabolisation
qu'en font des idéologues avides de mainmise sur les activités
économiques,voire sur les personnes.

L'homme et la laitue
 
Cela va vous surprendre, c'est un secret bien gardé, mais

dicespéculer est une activité de tous les jours
exercée par pratiquement tout le monde
,

si nous appelons spéculation toute décision ou action humaine qui:
  • est basée sur l'anticipation d'évènements futurs potentiels (*).
  • est l'acceptation par le décideur  des risk risques
qui sont inhérents à ces situations.
Il accepte qu'ils lui soient transférés, un peu à la
façon d'un assureur
. Qu'il s'agisse de risques connus
mathématiquement, ou de totales incertitudes)
  • mais qui en échange pourraient lui procurer des boxavantages
(ce qui ne se limite pas à des gains monétaires)
(*) Dans ce sens de se projeter dans le futur et d'agir en conséquence,
      spéculer est l'un des attributs qui différencie l'être humain de la
laitue.


Les jeux d'argent de leur côté
, concernent des pratiques où le
risque et les possibilités de gain sont créées par le jeu lui-même.
Le risque est inexistant ....tant qu'il n'y a pas de jeu.

Zoom sur la spéculation  sous financière

Cet article se centre sur un domaine spécifique de ce phénomène général :
la spéculation financière et économique, et notamment celle portant sur
des actifs et marchés financiers) (la bourse, pour simplifier).

Il tente notamment de voir quelles relations cette spéculation particulière
a ou non avec les jeux d'argent.

Aussi bien le jeu d'argent que la spéculation économique / financière visent
à obtenir une récompense monétaire en
contrepartie de la prise
d'un risque monétaire
.

Mais au delà de certaines similarités entre ces deux types de "jeux", il y a
de grosses
différences entre miser à la roulette et boursicoter.

Avant de les commenter plus avant, voici un tableau de synthèse pour 
une première
comparaison. Y figure également le cas du placement,
forme
plus "calme" de spéculation centrée sur des projets à longue
échéance.

Comparaison générale jeu - spéculation - placement

 Types =>

Aspects

    v
    v

dice

Jeux d'argent

  buysell Spécu.
financière

  sous   luck  
Placement

Type de risque

Risque non préexistant,
il est est créé par le pari

Echange entre acheteurs
et vendeurs de risques
+ gainspotentiels existants
Création de situations de
risque / gain (entreprises...)
ou échange de ces situations
Probabilités

Proba. connues dans la
plupart des types de jeu
Des outils de calcul probabiliste peuvent
s'appliquer mais la base est une incertitude générale
Horizon
de temps

Court terme habituellement

Long terme

Cadre
social
Distraction, hobby,
côté ludique

Fluctuations et liquidité des
marchés

Financement d'activités
économiques (et aussi
de budgets publics)
Motivation
psychologique


Plaisir, cupidité, peur,
addiction.
Parfois (jeu de cartes...),
défi, compétition,
apprentissage mental.
Cupidité, peur, défi,
curiosité, statut social
ou addiction


Epargne, sécurité
à long terme, défi,
curiosité économique


Jeux d'argent, hasard et probabilités

Dans les jeux d'argent, et notamment les jeux organisés, les probabilités
sont généralement assez bien connues
.
Elles sont habituellement contre le joueur
, c'est ce qui fait que les
casinos et loteries survivent et rapportent pas mal d'argent.


Et puis, quand seules les lois du hasard s'appliquent, il reste peu de place
pour  utilise ses facultés cognitives pour faire des anticipations. Toutefois
certains jeux d'argent demandent des qualités particulières

Pour reprendre notre allégorie de l'introduction, une laitue dotée d'un
petit programme pourrait aussi bien y jouer ...sans toutefois en tirer les
mêmes émotions (
pleasure plaisir et pain douleur) qui sont un
ingrédient essentiel du jeu
.

En conclure que l' immunité aux émotions fait de la laitue robotisée, ou
de son équivalent sur les marchés financiers, l'ordinateur de trading par
algorithme, un être
rationnel serait certes ...exagéré.

Bien sûr, certains types de jeux / paris (jeux de cartes, courses de chevaux)
ne sont pas uniquement soumis à des probabilités et s'y livrer permet
certaines stratégies anticipatrices.

Spéculation et anticipation
en situation d'incertitude

A) L'anticipation, l'un des principaux
      traits de la spéculation.


La spéculation est l'une des propriétés spécifiques à l'être humain donc
assez unique dans le monde naturel: elle utilise un mode de
prise de
décision se basant sur des anticipations de ce que peut être le futur.

Dans la spéculation économique / financière, les principales différences
par rapport au jeu sont que :
  • Le risque, dans la spéculation, est déjà existant
mais est transféré entre personnes (comme dans un contrat
d'assurance),
tandis que dans le jeu le risque est créé par
chaque pari.
  • Les probabilités y sont seulement indicatives,
tandis qu'elles sont très précisément connues dans certains
types de jeux (et d'assurances).

Beaucoup de décisions spéculatives, en fait la plupart des décisions
financières / économiques, sont prises en situation
fog d'
incertitude (= risque non mesurable).
Dans ce brouillard, le futur n'est pas pleinement lié aux
probabilités
statistiques et à des modèles mathématiques, lesquels souffrent de
limitations par rapport aux réalités.


Ainsi l'anticipation et l'établissement de scénarios sur les
évolutions économiques sont essentiels pour les décideurs se lançant
dans une spéculation financière.

B) L'horizon de temps, un facteur crucial

Quelque que soient les écueils, l'histoire a montré des différences entre
les diverses formes de spéculations financières.
Elles sont liées à leur horizon de clocktemps :
  • Le trading à court terme, une forme typique de spéculation.
Ce sont des opérations d'un jour à l'autre, voire d'une seconde à
l'autre.
C'est, autant le dire, une activité où beaucoup de ceux qui s'y
livrent finissent par
poor perdre de l'argent,

Cela encore plus le cas quand ce sport n'est pas présenté comme
une spéculation mais comme un plan
"pour gagner beaucoup
d'argent vite et facilement".

Là ce n'est plus de la spéculation mais de poach l'arnaque.

    • La gestion active de portefeuille
    La gestion dite active est une méthode assez proche de la
    spéculation.
    Elle
    consiste elle-aussi à multiplier, quoiqu'un peu moins vite, les
    arbitrages à court terme, pour profiter des
    anomalies de marché. 
    Elle peu reposer dans ce but sur des modèles quantitatifs qui
    brassent
    en continu d
    es critères de toute sorte).

    => Elle contribue soit à les corriger soit ...à les exacerber : cf.
         
    tendances boursières, cycles, bulles et krachs.

    Elle peut être payante pour qui s'y livre, du moins dans des
    périodes qui s'y prêtent.
    Mais elle est très coûteuse en frais d'opérations boursières
    ...
    en faisant le bonheur des intermédiaires.
    • Le placement à plancalend plancalend long terme
    (mais peut il être appelé spéculation....longue?).
    Il se base sur l'idée que les investisseurs peuvent tirer une
    meilleure rentabilité -
    après un temps suffisamment long -
    en détenant des
    actifs financiers risqués (notamment des
    actions)
    plutôt que des placements considérés (à tort ou à
    raison)
    sans risque (comptes d'épargne, obligations du
    Trésor...).


    La rentabilité supplémentaire attendue sur les actifs risqués est
    la
    prime de risque.
    La gestion passive de portefeuille aussi appelée "buy and
    hold"
    (achète et garde)  s'en inspire, avec le moins possible
    d'opérations d'achat et vente puisqu'il ne s'agit pas de jouer à
    court terme.
    Tout réside dans le bon choix des actions au départ, mais avec
    des  réallocations ultérieures d'actifs quand la situation le
    commande.

    Une formule aussi utilisée est le placement dans des fonds dont les
    évolutions reproduisent directement (gestion indicielle), ou de
    façon corrigée (smart beta) celle d'un indice boursier.

    Effets de la spéculation
    économique / financière
    La spéculation économique / financière est souvent
    deviltail  diabolisée, par confusion avec la manipulation du marchés
    (chose certes malhonnête mais d'un autre ordre).
    C'est un peu comme, pour prendre une comparaison, assimiler le
    commerce à la carambouille.

    Cet amalgame se produit
    soit par méconnaissance, soit par le biais
    d'idéologues. Ils la présentent comme une cynique exploitation des
    masses, quitte à
    habiller ainsi leurs propres ambitions de contrôle
    de la société et des personnes.

    On vient de voir que la "spécu" (non biaisée) repose de façon plus
    prosaïque et surtout humaine sur l'anticipation et la prise de risque.

    Toujours est-il que, comme la plupart des activités humaines et
    sociales, elle a des effets divers, positifs et négatifs.
    L'un, positif, nous l'avons vu plus haut, est de prendre à son compte
    certains risques contre lesquels d'autres agents économiques veulent
    se garantir.

    De plus, il existe ainsi un débat sans fin (et se trouve relancée depuis
    la part prise par les interventions robotisées à " haute fréquence") 
    pour savoir si elle :
    • Stabilise equil les marchés:
    les spéculateurs sont supposés corriger les distortasymm anomalies de
    marché, en achetant des actifs sous-valorisés
    et en vendant ceux
    qui sont surcotés.


    Par ailleurs, la spéculation en accroissant le volume des transactions

    apporte en temps normal de la
    liquidity  liquidité permettant
    aux investisseurs de vendre leurs actifs et récupérer leur argent,
    ou bien d'en acheter quand ils veulent placer leur épargne.

    • Ou les spiral déstabilise:
    cela lorsque les opérateurs agissentsillymad irrationnellement et perdent
    de vue les
    fondamentaux et les vraies perspectives des instruments
    financiers qu'ils achètent et vendent (eux-mêmes ou leurs robots)
    tendent à 
    aping s'imiter entre eux (suivisme, moutonnisme).

    Adieu alors les contreparties qui font la liquidité du marché !
    Cela crée des
    tendances boursières, cycles, bulles et krachs.
    La réalité se retourne en fin de course contre les "suiveurs" invétérés
    et les dégats peuvent toucher aussi d'autres agents économiques.

    Une  surveillance organisée et sévère des marchés s'impose, laquelle
    est parfois défaillante (cas de la "crise des subprimes").
    Il est bon de détecter les excès
    spéculatifs, d'une part pour eux-même
    mais surtout pour repérer quels
    déséquilibres économiques ils
    ne font que refléter.


    Bien sûr, c'est une question de situations. La spéculation a moins d'effet
    sur des marchés où la chaîne d'anticipations devra au final se
    dénouer par des livraisons physiques (elles-mêmes contre du
    cash)
    , que sur des marchés d'actifs "soft" (marchés financiers).
    Quelque soit ses effets, la spéculation agit comme
    temperature thermomètre
    de problèmes et opportunités qui se font jour dans les domaines financiers
    et
    économiques.
    C'est là qu'une spéculation massive (surlevier) créant des risques inconsidérés
    pour l'économie est, c'est le comble, souvent facilitée par des politiques
    budgétaires et monétaires aventureuses
    , créant un océan d'argent qui
    s'oriente vers la sphère financière plus que vers la sphère économique que les
    démagogues à l'origine de ces politiques croient ainsi abreuver.

    Nota:
    Un débat actuel lié à cette question est celui des activités de trading
    à court terme des banques
    et des bonus accordés à leurs traders.
    Voir l'article:
    Bonus des traders des banques : incitations perverses ?

    Retour à collection : articles de finance migrés depuis Knol
    Retour à collection : articles d'économie migrés depuis Knol
    Retour à collection : articles de psychologie de la décision migrés depuis Knol

    Visites de cette page avant migration depuis Knol : 4,7 k



    M.a.j. / updated : 1 sept. 2015
    All my ex-knols / Tous mes ex knols 
    Disclaimer / Avertissement léga

    This site tracked by OneStat.com. Get your own free site tracker.