Analyse financière / peter greenfinch / ch.1

Les bases de l'analyse financière

par Peter Greenfinch

L'analyse financière, cela va en surprendre certains, n'est pas seulement
l'étude des comptes de l'entreprise
. C'est l'analyse d'ensemble de sa
situation et de ses perspectives
.

Avoir l'esprit curieux est recommandé. L'analyse financière fait appel
à trois "musts", trois qualifications principales:

Des connaissances en comptabilité,

=> Pas nécessairement sur la façon d'enregistrer chaque opération, mais
      sur la compréhension de celles qui servent à établir les "comptes de
      synthèse"
(bilan, compte de résultat et quelques autres documents).

  Des connaissances d'économie et de gestion,

=> Le "comment ça marche" derrière les chiffres

Et enfin, des qualités de chien détective...

=> Pour repérer et renifler dans les coins obscurs.


Le but de l'analyse financière ("Anafi", pour les intimes) n'est pas que de
faire un "diagnostic financier" se prononçant sur la santé actuelle de l'entreprise,
inventorier ce qui marche bien et ce qui laisse à désirer, mais d'arriver à prévoir,
en synthèse (eh oui, qui dit analyse, dit synthèse),

* Si elle est faite en vue de
   placements boursiers,

(ou encore d'acquisition d'entreprise)

quelle rentabilité financière

peut espérer l'actionnaire ?

* Si elle est faite en vue
   d'accorder des crédits (ne serait-ce 

 qu'un délai de paiement des factures)

pi-arrig.gif pi-arrig.gif quelle est la capacité de
         l'entreprise de les
         rembourser aux échéances ?

Cette rubrique apporte des éléments pouvant vous guider sur ces divers aspects.

Soit pour mieux démarrer vos analyses, soit pour mieux analyser ...les analyses
que vous lirez chez les brokers et dans les médias.

Ces articles vous donneront une description:

* Des points à ne pas oublier dans une analyse de la situation de l'entreprise
   (sans toutefois pouvoir être exhaustif),

* Et aussi de ceux à repérer pour juger de l'avenir de celle-ci. Sachant que,
   vous l'avez deviné, se contenter de lire l'horoscope du PDG risquerait d'être
   très insuffisant pour cela.

Cela dit, comme il n'est pas question d'enseigner ici l'économie et plein d'autres
bonnes choses pour apprécier l'évolution du monde contemporain, nous forcerons
surtout sur le préalable de l'analyse comptable.

1. [ch.1, ci-dessous]

Introduction : L'AF, comment ça marche ?

2. [ch.2]

L'analyse financière prospective

3. [ch.3]

Qu'y a-t-il dans un bilan ?

4. [ch.4] [ch.4bis]

Comment analyser un bilan ?

[ch.5] [ch.6] [ch.7

Que trouve-t-on dans le compte de résultats ?

6. [ch.8] [ch.9]

Comment analyser la rentabilité et le
financement ?

7. [ch.10]

Comment boucler et présenter une analyse
financière ?


1. Introduction : l'analyse financière,
comment ça marche ? 
par Peter Greenfinch

  D'abord, ça sert à quoi, l'anafi ?

Pour qui aurait raté la première marche, c'est pas notre genre de laisser en
rade les distraits rappelons ce que nous disions au départ sur le but d'une
analyse financière
.

 

C'est, au delà d'un diagnostic statique, d'arriver à prévoir:

* Si elle est faite en vue de placements boursiers :

   => la rentabilité financière que peut espérer l'actionnaire.

* Si elle est faite en vue d'accorder des crédits :

   => la capacité de l'entreprise de les rembourser aux échéances.


Pour ce faire, l'analyse financière n'est pas seulement l'étude des comptes
de l'entreprise, en disséquant frénétiquement des chiffres. C'est l'examen
d'ensemble de sa situation et de ses perspectives.

  Comment c'est fait et comment ça marche ?

Eh bien, l'analyse financière, ça marche ...sur quatre pattes. Il y a (au minimum),
quatre choses à faire :

1. Connaître les arcanes et la situation de l'entreprise


Actionnariat (propriété dispersée ou concentrée dans quelques mains ?)
  et dirigeants,

Activités (produits et services), localisation, place sur le marché (clients,
  concurrents, fournisseurs),

Fonctionnement général (production, distribution...),

Situation financière : rentabilité, solvabilité, capacités de financement,

Comparaison dans le temps (là on passe du statique au dynamique):
  évolution qu'a connu tout cela sur plusieurs années.

Comparaison dans l'espace, autrement dit de ces éléments avec ceux
  des entreprises similaires.

Et surtout, vous vous en doutez, ses forces et faiblesses sur tous ces
  points.

 

2. Inventorier les éléments économiques
    généraux et sectoriels
:


Conjoncture économique générale,

Taux d'intérêts (chose importante pour valoriser les actions),

Perspectives des branches d'activités où l'entreprise est présente.

 

3. Se projeter dans le futur.

Ce voyage extra-temporel consiste à élucider, de façon critique, donc pas
forcément sur la base de ce qu'annonce l'entreprise (chose tout aussi vraie
pour les phases 1 et 2 ci-dessus
), les perspectives de l'entreprise :


Opportunités et risques, atouts et faiblesses
   (la fameuse analyse SWOT: strengths, weaknesses, opportunities, threats)

Projets, investissements et financements,

Prévisions financières : Chiffres d'affaires , coûts et marges, équilibre
   financier.

 

4. Valoriser tout cela, à la sortie de l'alambic, en résultat de tous les scénarios
     d'évolution qui auront été ainsi distillés , pour essayer de déterminer :


des prévisions d'évolution des bénéfices

le degré d'incertitude de ces prévisions (eh oui, il y a des entreprises à
  risque, et d'autres plus "visibles"),

la valeur économique de l'entreprise, à partir de ces éléments de
  rentabilité et de risque,

puis, en agrémentant le tout de critères boursiers, la valeur boursière
  potentielle de l'action
.

 

4b. Ou si l'analyse est faîte afin d'accorder un crédit, évaluer la capacité

de remboursement de l'entreprise lors des échéances prévues.

Nous y reviendrons, bien entendu.

  Que faire avec tout cela ?

Mine de rien, vous voilà déjà à la tête d'une liste de choses à ne pas oublier pour
faire cet excitant travail d'analyse.

Encore que, même une liste bien plus longue ne pourrait rassembler toutes les
questions à se poser
. C'est qu'en effet, dans le monde des entreprises,
chacune à des particularités
que n'ont pas les autres.

Hé oui, comme chez nous, les humains !

Un bon analyste financier doit être

Moitié moine bénédictin, pour tout inventorier,

Et moitié chien policier, pour flairer les trucs bizarres dans les coins
  obscurs.

Et peut-être aussi chien truffier ...pour trouver les gourmandises cachées.

La suite de cette rubrique visera à donner des éléments pouvant vous guider
sur ces divers aspects, mais en nous centrant quand même sur l'aspect
comptable.


Ah, vous êtes déçus ? Vous auriez aimé dès cette introduction, non seulement
des généralités sur l'analyse tutti frutti, mais aussi quelques petites détails
centrés sur l'analyse des comptes ?

Allez, c'est d'accord, nous allons rentrer dans cet aspect dès maintenant,
toujours prêt à combler vos voeux, non ne me remerciez pas, c'est normal
entre copains.

 

Et là, ne jamais l'oublier:
     une entreprise est un monde en mouvement !

Disons tout de suite que l'un des secrets de l'analyse des comptes, c'est qu'elle
soit dynamique.

Donc qu'elle porte sur l'évolution des dernières années.

Car c'est là que vous pourrez vous poser des questions (que nous retrouverons
au [ch.10]) du genre :

   Tiens, pourquoi les dettes augmentent plus vite que les capitaux propres ?

C'est une bonne stratégie pour financer le développement ? Ou bien on va
dans le mur ?

   Pourquoi diable les stocks et les créances sur clients augmentent plus vite
     que les ventes ?

Ya des nanars invendus ? Des surévaluations de stocks ? De grosses
ardoises de clients
ayant du mal à payer ?

   Génial, les bénéfices augmentent de 18 % ! D'accord, mais les ventes de 26 %.

Ah ben oui, c'est que les coûts augmentent de 32 %. Dîtes, ni vu ni connu,
les marges se ratatinent !

N'y aurait-il pas des problèmes de productivité ?

Ou un forcing sur les ventes avec des baisses de prix face à une concurrence
féroce ?

[ch.2]

pi-separ.gif

Publié sur les sites :
    p. greenfinch [ch.1][ch.2] [ch.3][ch.4] [ch.4bis] +

[ch.5][ch.6][ch.7][ch.8][ [ch.9][ch.10]

et  pi-arrig.gif Zonebourse, (ch. 1/2/3 seulement, en 10 / 2000, rubrique "Analyse Fondamentale")

Voir aussi évaluation comportementale : bases [ch.1][ch.2] + utilisation [ch.1][ch.2][ch.3

Cette introduction a reçu visites depuis 10/2000

Dern. mise à jour de cette page  27/11/14 . 

Page précéd. [zb]

Disclaimer / Avertissement légal

  [ menu] [défin. img] [val. éco.] [fact. d'img] [fiche éval.] [évalueur] [val.img] [types img] [évol. img] [nouv.eco] [gest. bourse] [simul] [groupe] [fin. comp.] [important] [liens] [contrib.]