Méthodes d'utilisation
de l'Analyse Comportementale

par Peter Greenfinch

[ch.1][ch.2][ch.3]

2. Les grandes catégories d'actions

Après avoir parlé de vitrine, entrons dans le magasin et passons devant les rayonnages.

Les actions y sont rangées à notre goût, selon le classement déjà utilisé dans le
tableau du
[ch.1].

C'est ainsi que chaque sous-catégorie est précédée d'une sorte de code (ex. : 3A)

tiré du tableau et qui reprend les critères d'altitude / stabilité de l'image.

 

Les explications sur chaque famille d'actions sont un peu succinctes, on n'est pas là pour
s'ennuyer.
Elles devraient suffire pour se repérer.

Toutefois, ceux qui voudront approfondir sur telle ou telle famille, avec laquelle ils
se sentiront en affinité au point d'envisager le mariage, pourront se reporter au lien
types d'actions.

pi-separ.gif (1205 octets)

  Le firmament des images élevées (valeurs adulées)

3A - stable Les grandes valeurs de croissance sont des sociétés cultes à qui
                       tout réussit depuis longtemps.

Elles affichent une croissance des bénéfices ininterrompue, régulière, rapide: au moins 15%
par an
pendant 10, 20, 30 ans,

Il y a de bonnes chances (mais pas 100 %) que ces fusées mâtinées d'horloge suisse
progresseront au même rythme dans les années à venir.

3B - volatile Les étoiles filantes sont des actions connaissant une hausse fulgurante.
L'amour des investisseurs est du genre coup de foudre / coup de cœur.

On trouve toute une variété :

* Des affaires ayant eu une croissance extrêmement forte, sans qu'on sache si le filon
  
qu'elles exploitent est durable.

* Des affaires de retournement / redressement (voir plus loin) à fort effet de levier.
   Elles pourraient atteindre à un moment leur rythme de croisière, voire subir un retour
  de flamme.

* Des affaires admirées pour leurs méthodes de gestion aux résultats magiques.
   mais peut-être à base de coups de pokers

* Enfin, (voir plus loin) des billets de loterie, pré émergentes et valeurs d'avenir.

   Leurs fondamentaux sont peu probants. Mais une mode se déclenche sur de
  
mystérieuses perspectives futures.

separ

  La caverne des images basses (valeurs mal aimées)

1A/1B Les affaires en déclin ont des fondamentaux tristes à voir (faiblesse prolongée
                des ventes et des marges) doublés
d'une image renfrognée. C'est parfois excessif
                 s'il y a quelques beaux restes et la volonté de rebondir. Deux cas :

1A - stable si l'affaire est ancienne et remplit nos cœurs de nostalgie, la déliquescence
                     de l'image est souvent lente.

1B - volatile par contre, vite aimé, vite oublié. Si elle est assez jeune et la déception
                        grande,

    la baisse peut être forte et rapide.

1A - stable  Les affaires oubliées (le paradis des fouineurs).

Même si son cœur est grand, la Bourse ne peut pas toutes les aimer, les actions.
Elle se désintéresse d'entreprises, pourtant relativement prospères, voire dotées de grandes
vertus cachées.
Oubliées dans les coins sombres, elles font tapisserie.
Cela pour des circonstances diverses :

* Si le climat boursier est mauvais, ces affaires sont légion. Boudant même les affaires
  
connues, es investisseurs s'intéressent encore moins aux seconds couteaux, ou alors
   à très bas prix.

  

* Si le climat est bon, mais c'est récent, seules en profitent les affaires très connues, ou au
   départ mieux classées
dans le tableau des images.   

1B - volatile Les montagnes russes : affaires très irrégulières ou très cycliques.

Si les résultats d'une société évoluent en zig-zag, l'image boursière de l'action tend à être à la fois
basse et volatile.

1B - volatile Les situations spéciales (affaires de redressement, cibles de rachat, billets
                         de loterie).

Ces crapauds pouvant devenir princes si les fées le veulent bien, sont des affaires peu prospères
et à image basse mais qui pourraient bénéficier (sans aucune certitude à ce sujet) d'un événement
plus ou moins prévisible qui apporterait une amélioration spectaculaire de leur fortune.

1B - volatile Les plus dignes d'intérêt : les affaires émergentes.

Ce sont des affaires jeunes, peu connues, ayant eu quelques premiers succès avec des résultats
significatifs et en progression ...sans être gonflés par une gestion casse-cou ou des anabolisants
comptables, situés dans une "niche" d'avenir sur laquelle elles occupent une bonne part de
marché.
Des chaperons rouges plein d'avenir ...si les vicissitudes économiques ne les croquent pas.

1B - volatile Attention aux fausses émergentes, les valeurs dites d'avenir ou
                         pré- émergentes
.

Certaines ont un début d'activité commerciale, voire des bénéfices, mais pas forcément
récurrents.
D'autres n'ont que des projets.

Les investissements et coûts sont souvent sous-estimés au départ. Le chiffre d'affaires attendu,
alléchant en première approche instinctive, est en fait non chiffrable au départ. Les BPA
(bénéfices par action) espérés sont lointains et aléatoires.
Le tout est parfois pimenté par un dangereux endettement.

Ces titres sont souvent introduits en Bourse à des cours stratosphériques dans les périodes
euphoriques où les investisseurs se ruent vers tout ce qui est nouveau à l'allure clinquante.
Imaginez la descente aux enfers quand le sentiment boursier se retourne.

separ

  L'océan des images mitigées

2A - stable Plat de résistance du restaurant boursier : les grandes classiques peu
                        cycliques
.

Anciennes entreprises de croissance, elles ont atteint une belle taille. Elles sont leaders ou
coleaders de leurs divers marchés.

Leurs activités sont très intégrées, équilibrées et pas trop cycliques.

Un peu essoufflées côté performances bénéficiaires, elles ont, par leur bonne gestion, évité
le déclin.
Elles sont respectables et respectées, mais ne suscitent plus guère les passions...

2A - stable Un bon petit plat : les bonnes affaires moyennes assez peu cycliques.

Ces sociétés, à la fois, sont assez connues, évoluent au moins aussi vite que l'économie
en général et résistent sans trop de problèmes aux périodes difficiles.

2A - stable  Les affaires défensives, refuge des mauvais jours.

Leurs ventes et leurs coûts sont protégés contre les cycles économiques. Elles fournissent du
pain et des jeux, pour prendre un exemple remontant aux calendes ...romaines. Jour et nuit,
par pluie et par beau temps, que le climat boursier général soit bon ou mauvais, un tel titre
garde le même imperméable mastic et la même image terne.

2B - volatile Les valeurs devenant d'actualité.

De ci, de là, certaines actions jusqu'ici reléguées par la Bourse dans des castes inférieures,
telles qu'émergentes, oubliées ou situations spéciales, sortent de l'obscurité. Elles connaissent,
oh juste un peu, la faveur du marché.
Leur image passe du défavorable au mitigé.
Pourvu que ça dure ! Mais l'actualité est changeante !

2B - volatile  Les étoiles filante qui commencent à tomber en passant par les couches
                          moyennes de l'atmosphère.

Elles s'y brûlent et poursuivent leur descente. On pourrait penser que, redescendus dans la
zone d'image neutre, leur cours sont redevenu attractifs. Surtout si quelque temps d'arrêt
ou reprise momentanée fait croire à un retour à meilleure fortune. Hélas, pour ces titres en
déroute décrits plus haut, les rétablissements sont rares. Autant ne pas rêver !

2B - volatile Les cycliques et irrégulières transitant dans la région.

Chauffons un gaz : ses molécules s'agitent. Une canicule boursière excite la volatilité des
images des valeurs cycliques et irrégulières.
Elles progressent vivement, pour retomber quand l'ambiance refroidit.

2B - volatile  Voici le dessert, le grand espoir : les émergentes régulières,

C'est une espèce intermédiaire qui confirme les qualités des émergentes et progresse vers
celles des grandes affaires de croissance.

Elles ont obtenue 4-5 ans de croissance - rapide et assez régulière - des ventes et marges.
Leur secteur d'activité se développe, est prometteur et assez visible à court et long terme.
Elles ont une large part de ce marché et une nette avance managériale, commerciale et
technique (le "dynamisme" ne suffit pas, il faut bien gérer). Enfin, leur image boursière n'est
pas encore trop élevée.

Dans le [ch.3], nous donnons plus d'éléments pour repérer les variations d'image

separ

Publié 12/ 2000 sur les sites :

    pgreenfinch [home/accueil] [ch.1] [ch.2] [ch.3]. 

A noter que c'est un résumé de l'article principal sur ce thème figurant
dans le site Pgreenfinch. 

et Zonebourse, rubrique Analyse Comportementale

Dern. mise à jour cette page 26/11/14
P précéd.
[zb]
Disclaimer /Avertissement légal

  [menu] [défin. img] [val. éco.] [fact. d'img] [fiche éval.] [évalueur] [val.img] [types img] [évol. img] [nouv.eco] [gest. bourse] [simul] [groupe] [fin. comp.] [important] [liens] [contrib.]